[Trad] « Les OGM et l’environnement »

[Trad] « Les OGM et l’environnement »

Article posté sur Thoughtscapism le 22 mars 2015.

Beaucoup de gens sont inquiets à propos de l’impact que les OGM pourraient avoir sur l’environnement. C’est une inquiétude raisonnable. Les OGM augmentent-ils seulement les profits des fermiers et des compagnies de biotechnologie au dépens de l’environnement ? En ayant appris plus sur l’agriculture et l’environnement, au contraire de la peur populaire, j’ai trouvé qu’il n’y avait en fait pas de preuves scientifiques des méfaits des OGM sur l’environnement. Vous pouvez en lire plus dans ce rapport de l‘European Academies Science Advisory Council. A contrario, j’ai même appris que les biotechnologies apportent plusieurs bénéfices à l’environnement.

gmos-and-co2

Qu’à donc à y gagner l’environnement ? J’ai déjà abordé ce sujet dans mon article sur l’agriculture, les animaux et l’environnement du point de vue de l’agriculture biologique, mais je pense que ça mérite un nouvel article en soi. De manière schématique, les cultures OGM témoignent d’un accroissement de l’efficience de l’agriculture : de plus fortes productions, un usage réduit des pesticides, des profits supérieurs, et une réduction du travail agricole.

Les OGM aident les agriculteurs à exploiter au mieux leur terre. Est-ce que ça veut dire qu’ils la surexploitent et provoquent ainsi des dommages à l’environnement ? Pas vraiment. Les agriculteurs cultivent leurs terres depuis des générations. Ce qui est le mieux pour eux, c’est un sol qui reste sain et conserve ses qualités. Au delà de ça, il y a de bons arguments pour dire que l’efficience des exploitations agricoles est une bonne mesure de leur impact sur le changement climatique. Pour clarifier cette notion d’efficience, j’emprunterai la formule de Marc Brazeau sur Genetic Literacy Project :

« De hauts rendements sont un indicateur de l’usage efficient des ressources. De hauts rendements indiquent que l’eau, le carburant, les pesticides, le travail agricole, etc., sont correctement transformés en nourriture plutôt qu’en mauvaises herbes, insectes ravageurs, et cultures dévastées ».

Dans notre monde conscient de l’impact carbone, beaucoup de gens considéreraient comme un exploit qu’un pays occidental comme le Royaume-Uni arrive à réduire son usage des automobiles de plus d’un tiers de son niveau actuel. C’est ce que font les cultures OGM depuis 1996, coupant dans les émissions carbone, à hauteur de 28 000 millions de kg en 2013. (Malheureusement, aucune des économies d’émissions carbone engendrées par les biotechnologies ne viennent du Royaume-Uni actuellement).

Parmi les pays responsables de cette réduction, on trouve les USA, le Brésil, l’Argentine, la chine, l’Inde, la Bolivie, le Paraguay, l’Uruguay, l’Afrique du Sud, et le Canada. Les pays européens de leur côté, ont été très lents à adopter les biotechnologies. Mais avec 5 pays cultivant le maïs OGM à présent, et 49 cultures OGM autorisées au total, l’Europe (dont le Royaume-Uni) pourrait bientôt commencer à prendre part à ces avancées.

Plus bas, vous pouvez voir les données à l’origine de mon infographie. Elles présentent les impactes environnementaux clefs des cultures OGM sur l’agriculture globale dans deux études de 2012 et 2013. Leur résumé :

« L’adoption des cultures OGM résistantes aux insectes et tolérantes aux herbicides a réduit l’épandage de pesticides de 553 millions de kg (-8,6%) et, comme résultat, a diminué l’impact environnemental associé aux herbicides et insecticides utilisés sur ces cultures de 19,1% (comme mesuré par l’indicateur Environmental Impact Quotient, EIQ). Cette technologie a aussi facilité d’importantes coupes dans l’usage de carburant et le labour, résultant en une réduction significative de l’émission du gaz à effet de serre dans les zones de culture OGM. Cela équivaut à avoir retiré 12,4 millions d’automobiles de la circulation en 2013 ».

Ils soulignent que les niveaux réduits d’émission de gaz à effet de serre viennent essentiellement de la diminution de l’usage du carburant pour les tracteurs ainsi que de la séquestration du carbone dans le sol. Mais qu’est-ce qui dans la culture OGM conduit à accroître la séquestration des matières organiques dans le sol ? L’un des gros bénéfices est la diminution du labour. Le département américain de l’agriculture souligne que la généralisation de cette diminution du labour est largement due à l’adoption des cultures HT (Herbicide Tolerant).

« Ces tendances suggèrent que les cultures HT facilitent la diminution du labour. De plus, une revue de plusieurs études économétriques montre une double relation causale entre l’adoption des cultures HT et le labour. Ainsi, en plus de ses bénéfices directs sur l’usage des herbicides, l’adoption des cultures tolérantes aux herbicides bénéficie indirectement à l’environnement en encourageant la diminution du labour ».

no-till-gmo

Beaucoup de gens pourraient immédiatement penser que l’usage de pesticides est un important facteur aggravant lorsque l’on compare les différentes méthodes de culture. Alors que les OGM contribuent à réduire l’usage des pesticides, c’est en fait une assez petite contribution à l’impact écologique de l’agriculture. Ainsi que le formule Marc Brazeau :

« les pesticides représentent un saut dans le développement durable quand on les compare à l’exploitation des sols, à la consommation d’eau, à la pollution et aux gazes à effet de serre. En fait, cela peut sembler contre intuitif mais, les pesticides peuvent jouer un rôle substantiel dans l’écartement des dégâts associés avec beaucoup d’autres facteurs ».

Ces facteurs importants sont présentés dans un rapport publié dans Science, en 2014 :

« Nous avons observé que relativement peu d’endroits et de méthodes pourraient fournir un apport calorique suffisant aux besoins de base de plus de 3 milliards d’individus, générant beaucoup d’impacts environnementaux avec des conséquences globales ».

Cela semble encourageant. En tout et pour tout, la science est porteuse de bonnes nouvelles pour les agriculteurs, les consommateurs, et l’environnement. Nous avons besoin de tous les outils possibles pour subvenir à l’équilibre précaire de la balance entre les besoins de l’homme et ceux de l’environnement.

Advertisements

2 commentaires sur “[Trad] « Les OGM et l’environnement »

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s