Phylogénie elfique : les lutins du Père Noël seraient les plus proches parents des Nains.

lutinnoel

Si si.

Dans un billet de blog de Noël dernier (2015), Dominic Evangelista nous avait déjà prévenus. En effet, dans ce must-read qui reprend le formalisme d’une publication scientifique, l’écologue nous détaille comment elle a reconstruit la phylogénie des elfes, en y incluant notablement les populations décrites chez J.R.R Tolkien, J.K. Rowling, ou encore dans World of Warcraft. Les résultats de cette analyse de parenté évolutionnaire sont pour le moins surprenants, bien que tout à fait sensés malgré tout.

abstract-in-elvish-300x263
Abstract en elfique, Dominic Evangelista, 2015

L’abstract (dont la figure ci-contre serait une version elfique, parce qu’il est important pour un scientifique non seulement de s’adresser au plus grand nombre, mais aussi précisément à ceux de ses pairs qui sont le plus intéressés par ces recherches, on parle d’Impact Factor corrigé), dit ainsi :

« Cette étude reconstruit l’arbre phylogénétique [ndt : évolutif] des elfes en utilisant pour cela 26 caractères historiques, morphologiques, comportementaux et magiques. […] Nos résultats suggèrent que les lutins du Père Noël [ndt : christmas elves en VO, les « Elfes de Noël »], ne devraient pas être classés parmi les Elfes mais plutôt apparentés aux Nains. »

phylogeny-2-1024x748
Phylogénie des elfes, Dominic Evangelista, 2015

Pour conduire son analyse, l’auteure a choisi 15 créatures féériques réparties en 9 elfes et 6 outgroups (des bestioles différentes mais proches). Dans le logiciel Mesquite, elle a pu assembler les 26 caractères choisis après revue de la littérature, et dont l’algorithme à permis la construction de l’arbre phylogénétique consensus sur la base des 100 arbres les plus parcimonieux. L’arbre a été enraciné de sorte à ce que l’outgroup contienne les orcs, les trolls, les nains, les fées et les gnomes.

Entre autres, l’analyse offre une bonne résolution de l’apparentement des elfes de la mythologie nordique et ceux de Tolkien. Les Elfes Noirs (les Drows) de Donjons et Dragons se révèlent plus apparentés aux Dokkalfar nordiques qu’à leur semblables tolkienniens. L’auteur interroge néanmoins la possibilité d’un phénomène d’évolution convergente en ce cas, sous la pression des arts arcaniques. En effet, on sait que le phénomène peut conduire des espèces éloignées géographiquement et génétiquement a évoluer de façon semblable sous la contrainte de pressions environnementales similaires. Les marsupiaux et leurs pendants mammaliens en sont un exemple. Par ailleurs, les elfes de sang de World of Warcraft se révèlent être le groupe frère du groupe des Euelfes (ou « vrais elfes », comme les Euprimates sont les « vrais primates »).

blood_elf_world_of_warcraft-wide-coda-craven
Elfe de Sang de World of Warcraft.

L’auteure précise :

« Deux résultats surprenants sont la présence des lutins du Père Noël (folklore états-unien) et des elfes de maison (J.K. Rowling) parmi l’outgroup [ndt : avec les trolls et les autres pas-beaux] ; et le plus proche apparentement de ces derniers avec l’ancêtre commun des gnomes et des fées qu’avec celui des Euelfes. »

gothmogguritz
Orcs du Seigneur des Anneaux.

« Des études antérieures ont émis l’hypothèse d’une sélection sexuelle et d’une « contamination » des elfes par le seigneur des ténèbres Monsanto Morgoth comme étant à l’origine des orcs. Notre phylogénie montre clairement que les orcs sont plus apparentés aux trolls qu’aux elfes. »

Comme le fait remarquer l’un des commentateurs de l’article, cette proximité phylogénétique des lutins du Père Noël avec les Nains dans l’outgroup est tout à fait sensée. En effet, les premiers sont connus pour leur propension à la fabrication minutieuse de jouets, ce qui semble être un héritage direct de la passion des Nains pour l’orfèvrerie, en plus des armes et des boucliers.

Je vois bien évidemment venir les tenants anti-évolutionnistes de tous poils. Non, cette nouvelle phylogénie ne remet pas en question la réalité de l’évolution en tant que processus. Elle ne fait que préciser l’histoire évolutive d’un groupe d’espèces, dont les sciences de l’évolution avaient déjà mis en évidence la proximité.

Et pour les amateurs de Big Tobacco, l’auteure a par ailleurs pris soin de déclarer ses conflits d’intérêt :

« Les auteurs de ce travail ne déclarent aucun conflit d’intérêt avec le Roi Liche, Sauron le Terrible, Freya, ou Led Zeppelin. Les auteurs ne possèdent aucun des anneaux de pouvoir. »

On peut souhaiter l’affinement de ces recherches phylogénétiques qui, disposant de plus de financements sur la base de ces travaux exploratoires riches d’enseignement, permettront probablement de mieux connaître l’origine des Elfes et leurs relations exactes avec les Nains. La phylogénie de ces derniers est par ailleurs totalement inconnue, bien que diverses populations aient été décrites chez Tolkien, World of Warcraft, ou encore Warhammer.

naine
Naine lambda. Pillée sur google image.
Advertisements

Un commentaire sur “Phylogénie elfique : les lutins du Père Noël seraient les plus proches parents des Nains.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s