Glyphosate : une désinformation que vous avalez dès le matin

désinformation

L’info est tombée aujourd’hui : nos céréales matinales ainsi que plusieurs légumineuses sèches seraient envahies par le glyphosate. Le rapport Glypho 2 de Générations Futures d’où sort le scoop est repris rapidement à la radio, sur 2 chaînes TV d’information en continu et 15 journaux et magazines dont 4 au niveau national franco-belge.
Doit-on avoir peur du petit déjeuner ? A-t-on empoisonné nos enfants et nos proches pendant tout ce temps ? Non.

Avons-nous déjà employé quasiment mot pour mot cette introduction l’année dernière ? Bien entendu, oui. Et on ne va pas s’arrêter là.

Générations Futures récidive

1/ Un rapport qui se veut porteur d’information scientifique

Le rapport est rédigé avec pour objectif  de « combler [le] manque en matière de connaissance [à propos de l’exposition au glyphosate] » et essaie d’imiter la forme d’une étude scientifique. Ce n’est pas un mal, c’est même plutôt une bonne chose d’essayer d’atteindre un haut niveau de rigueur. Le tout, c’est de vraiment proposer un travail rigoureux, la forme elle-même ne suffit pas, c’est pourquoi nous allons décortiquer un petit peu ce rapport, afin de voir s’il est solide.

2/ Une méthodologie qui imite celle de la science, mais bien loin de l’égaler

Passons sur le “Contexte et demandes” qui est un ensemble de raisons politiques qui poussent GF à réaliser ce rapport, et abordons ce qui nous intéresse plus particulièrement, la méthodologie.

C’est un mot bien pompeux, “méthodologie”. Mais il ne faut pas être effrayé, et le comprendre comme “comment va-t-on bien pouvoir travailler efficacement et éviter des erreurs basiques ?”

engrenage pourri
Ces illustrations de roues à dentures incompatibles et qui ne peuvent engrener m’ont toujours fait rire. On trouve ça à « Méthodologie » dans Google. À méditer.

Il est expliqué que les produits choisis sont ceux qui s’avèrent être les plus probablement positifs au glyphosate, à savoir les produits céréaliers et les légumineuses. Le panel retenu est composé de 18 échantillons à base de céréales (8 céréales pour le petit déjeuner, 7 pâtes alimentaires, 3 autres (petits pains secs, biscottes)) et 12 échantillons de légumineuses sèches (7 lentilles, 2 pois chiches, 2 haricots secs, 1 pois cassé). Aucune information sur le nombre d’échantillons issus de chaque produit, le choix de ces échantillons, les conclusions n’iront donc pas chercher très loin et on ne pourra pas étendre les résultats au-delà de ces produits-ci, avec le risque d’être tombé sur le mauvais paquet en sus.

Une phrase en particulier doit attirer notre attention : « Les échantillons, issus de l’agriculture utilisant des pesticides de synthèse ». Les herbicides à base de glyphosate ne sont pas autorisés en agriculture biologique ; cela dit, puisqu’on nous dit que le glyphosate est potentiellement partout, il aurait été intéressant de tester également des produits bio, afin de vérifier qu’ils sont bien dénués de toute trace de glyphosate en pratique. C’est une précaution qui est prise par l’EFSA, et il est dommage que Générations Futures soit passé sur cet aspect des travaux qu’ils entendent imiter.

Les méthodes de chromatographie et spectrométrie employées sont indiquées, et une précision doit être relevée : les résultats de GF ne contiennent que les produits pour lesquels on a su quantifier les traces de glyphosate observées, ce qui signifie qu’on ne fera pas la différence entre traces non quantifiables, et absence totale de traces détectables.

3/ Des résultats partiels, au bas mot

Les résultats présentés par GF sont uniquement des proportions de produits contenant des traces de glyphosate : on apprend que 16 produits sur 30 sont concernés et comment se subdivisent ces produits selon les catégories d’aliments retenues.

Mais que doit-on faire d’un tel résultat ? Qu’est ce que cela nous apporte, quelle est l’information transmise ? Il est impossible de déduire quoi que ce soit en terme de risque pour le consommateur, de chiffres lancés au hasard ainsi.

Heureusement, GF met à notre disposition un tableau des concentrations de glyphosate mesurées, et précise qu’aucune Limite Maximale de Résidus n’est dépassée. Cela signifie que les consommateurs sont en sécurité, mais GF ne semble pas trouver pertinent de relever cet aspect du résultat.

Note : la définition de la LMR donnée par GF est erronée ; non, la LMR n’est pas rehaussée si la substance est très utilisée de manière à ne pas être dépassée. La LMR découle de la Dose Journalière Admissible calculée pour la substance, et de la consommation qu’on fait des produits concernés. L’idée est de fixer les LMR de manière à ne pas dépasser la DJA en consommant « normalement » lesdits produits. On subdivise la DJA entre les différents produits qui sont consommés de manière quotidienne, en gros. Cette subdivision dépend entre autres de l’utilisation ou non de la substance dans le cadre de la fabrication de l’aliment, aussi on attribuera une LMR plus importante aux produits bruts qui font intervenir du glyphosate dans leur production (les céréales par exemples) que pour ceux qui y font plus rarement appel. Dans tous les cas les LMR permettent de rester sous la DJA quand on additionne les aliments consommés chaque jour. Le fait que les LMR ne soient pas dépassées est donc une information forte, qui permet de conclure à une absence de toxicité aux doses mesurées, en tenant compte du fait qu’on consomme une somme de différents aliments chaque jour.

De même, faire figurer les LMR correspondant à chaque produit à côté des concentrations mesurées aurait aidé le lecteur à comprendre lesdites concentrations, et à savoir si elles sont proches ou très éloignées des LMR. En l’état, les valeurs absolues ne parlent à personne et on ne sait trop qu’en faire, c’est pourquoi votre serviteur a ressorti Excel et a customisé le tableau de GF.

Les LMR des produits bruts proviennent de la base de données européenne dédiée et sont à comparer à la plus haute valeur entre concentration en glyphosate et AMPA, et les LMR indiquées en face des produits transformés sont celles des composants bruts principaux (blé ou avoine selon les cas). J’ai également indiqué à quelle part de la LMR correspond chaque concentration ; cette valeur n’a pas beaucoup de sens dans l’absolu, mais elle permet au moins de visualiser si on est proche (75% de la LMR dans le cas des pois chiches Leader Price) ou loin (0.31% pour le Muesli Jordan Country Crisp) de la LMR dans chaque cas.

glypho_GF
Tableau récapitulatif amélioré avec LMR et écart qualitatif entre LMR et concentration mesurée.

 4/ Des conclusions plus creuses que la Terre de William Reed

La conclusion de Générations Futures peut être résumée par « voilà, donc il y a des traces de glyphosate. » Merci, ça valait vraiment la peine de faire un rapport pour ça. L’EFSA a trouvé des résidus dans plus de 400 produits, il est difficile de voir ce qu’apporte GF avec ses 30 exemples supplémentaires, d’autant plus que tous se révèlent sous les limites légales !

D’autres conclusions très simples et pourtant intéressantes auraient été « aucun de ces 30 produits ne met votre santé en danger en ce qui concerne leur teneur en glyphosate » ou bien « les quantités de glyphosate que l’on peut trouver autour de nous restent assez faibles pour ne pas mettre en péril notre santé ». Il est malheureux que GF n’y ait pas pensé.

Mais il était également possible d’analyser un peu plus en profondeur les maigres données récoltées ; discuter du fait que près de la moitié des échantillons ne contenaient même pas de résidus quantifiables par exemple, ou mettre en perspective ces résultats avec ceux des Muesli testés l’an dernier, Muesli qui est donc innocent une fois de plus.

4,5/ Retour sur le préambule, seul « contenu » réel du rapport

Nous l’avons vu, la méthodologie est très légère, les résultats minimaux et la conclusion, inexistante. Mais alors, ou se cache donc le texte qui justifie les 9 pages de rapport ?

Réponse : dans le préambule. Bon, le titre de ce paragraphe vendait un peu la mèche.

Une première observation est que ce préambule est très touffu ; on y relève de nombreuses affirmations, dont presque aucune n’est accompagnée de sources ou de références précises. Parmi celles-ci, on notera plus particulièrement :

a) « Le glyphosate […] est très rarement analysé dans les aliments »

En annonçant qu’en 2015 en Europe, 5329 échantillons furent testés au glyphosate contre 84341 échantillons testés aux pesticides en tout, Générations Futures laisse entendre que l’on néglige largement l’évaluation de l’exposition au glyphosate.

C’est on-ne-peut-plus faux ; d’ailleurs le rapport d’où sont tirés ces chiffres fait cas à part du glyphosate du fait de sa notoriété, et lui octroie un chapitre alors qu’aucun autre pesticide testé n’y a droit. Et ceci alors que de tous les échantillons testés pour le glyphosate, aucun n’approche la limite légale !

En réalité, aucun pesticide n’a été testé sur l’intégralité des 84341 échantillons. On ne teste que les produits alimentaires susceptibles d’être concernés, pour des raisons évidentes d’économie de temps et de moyens. Dans le cas du glyphosate, on note qu’il était obligatoire de tester les produits à base de blé, car il est connu qu’il est surtout présent dans les produits céréaliers – et d’ailleurs Générations Futures le sait, car ils en parlaient dans leur rapport Exppert7. De plus, d’autres produits ont été inclus par les pays qui ont réalisé les analyses, afin justement de s’assurer qu’on ne rate rien en dehors des céréales. Les résultats, très rassurants, tendent à indiquer que l’hypothèse initiale émise quant aux produits concernés est valable. Et pourtant, GF oublie magistralement de nous parler de cet aspect du rapport cité.

b) « La réglementation de l’Union européenne interdit les pesticides cancérogènes certains ou probables »

C’est approximatif et en l’état, inexact. La législation de l’UE propose une classification différente de celle du CIRC. Ainsi, les catégories qui correspondent à une interdiction par défaut en Europe sont 1A et 1B telles que définies dans le texte REGULATION (EC) No 1272/2008 OF THE EUROPEAN PARLIAMENT AND OF THE COUNCIL (page 104). Ces catégories ne correspondent pas directement aux catégories du classement du CIRC (pour qui le glyphosate est rangé sous 2A, tel que rappelé dans ce résumé de la monographie 112).

L’enjeu est principalement l’évaluation de ce qu’est un faisceau de preuves limité ou suffisant, dans le cas précis des essais sur animaux. La réglementation de l’UE requiert, pour un classement en 1B, un lien causal établi entre la substance testée et l’apparition de tumeurs malignes, ou une corrélation si elle est présente chez les individus des deux sexes. Exceptionnellement, des résultats particulièrement extrêmes concernant un seul sexe de l’espèce testée peuvent également être suffisants. Or la monographie 112 du CIRC ne fait mention d’aucun résultat de ce type ; il est donc parfaitement logique que l’UE ne considère pas le glyphosate comme cancérigène de catégorie 1B, ou a fortiori 1A.

De plus, il est important de noter que si l’UE prévoit de ne pas autoriser l’usage de biocides classés 1A ou 1B par défaut, elle propose également des conditions d’autorisation particulières pour certains des biocides ainsi classés, comme détaillé à la page 22 du REGLEMENT (UE) No528/2012 DU PARLEMENT EUROPÉEN ET DU CONSEIL.

Note : le CIRC est le seul organisme revendiquant des preuves suffisantes pour le glyphosate dans ce cadre, contrairement à l’EFSA (Europe), l’US EPA (USA), la NZ EPA (Nouvelle-Zélande), la PMRA (Canada), le BfR (Allemagne), et de l’OMS et la FAO (Agence de l’ONU).

Note 2 : On évalue ici un danger absolu, indépendant des doses auxquelles on est confronté au quotidien. Une substance évaluée comme cancérigène peut être tout à fait saine à côtoyer, pour peu qu’elle soit cancérigène à une dose très supérieure à celle à laquelle on est exposé. Par ailleurs, les agences qui évaluent le risque (danger x exposition) plutôt que le danger seul concluent que le glyphosate n’est probablement pas cancérigène par voie orale, donc quand il est présent dans l’alimentation par exemple.

Plus de détails concernant ces deux notes chez Bunker D.

batman
Illustration honteusement dérobée à Bunker D

c) « Un rapport en juin 2017 par l’ONG Global 2000 [du Dr. Peter Clausing] démontre comment les agences d’évaluation de l’UE ont ignorés [sic] 7 des 12 études disponibles sur la souris et le rat montrant des augmentations significatives de tumeurs sous l’influence du glyphosate au moyen d’arguments hautement discutables – en violation claire des directives en vigueur. »

Générations Futures a une explication en ce qui concerne la différence d’appréciation évoquée dans la note précédente : les agences de l’UE auraient triché ou mal travaillé.

On remarque en premier lieu que ça n’explique en rien pourquoi les évaluations prétendûment biaisées des organismes européens correspondent à celles de l’US EPA, du BfR, de l’OMS et de la FAO. Mais surtout, ces allégations de Global2000 ont déjà reçu une réponse très détaillée de la part de l’ECHA, appuyée sur les extraits de lois et de règlements pertinents.

Pourquoi GF ne parle pas de cette réponse, et préfère considérer les allégations de Global2000, association ouvertement militante opposée au glyphosate, comme parole d’évangile ?

d) « [Le glyphosate est largement utilisé] sur les cultures OGM résistantes aux herbicides à base de glyphosate comme le RoundUp® de Monsanto. »

C’est vrai dans l’absolu, mais totalement faux dans le cadre de l’Europe et plus précisément de la France, puisque aucun OGM RoundUp Ready n’est cultivé sur ces territoires et encore moins consommé par l’homme. Ainsi, les produits testés par GF ne peuvent pas être composés de Plantes Génétiquement Modifiées pour résister au RoundUp. Ce n’est qu’une imprécision, mais elle s’ajoute aux autres erreurs déjà faites. Par ailleurs la mention gratuite des OGM ressemble à du déshonneur par association, ces derniers étant peu populaires en France.

e) « [L’EFSA et l’ECHA] ne considèrent la plupart du temps pas les conclusions des études universitaires comme valides ! »

C’est strictement faux. L’ECHA a détaillé sa méthode de travail dans sa réponse à Global2000 précédemment abordée, et l’évaluation de l’EFSA est décrite dans son intégralité sur la Wiley Online Library. Les études universitaires y ont toute leur place.

f) « L’équipe du Professeur Gilles-Éric Seralini a également prouvé que les herbicides à base de glyphosate–dont le fameux RoundUp® sont encore plus toxique[s] que la matière déclarée active, le glyphosate, et peuvent avoir des effets tératogènes ou hépatotoxiques. »

L’étude en question a été le sujet d’une analyse accessible au public de la part du BfR ; il en ressort que les organismes européens tenaient déjà compte de la différence de toxicité entre glyphosate et herbicide à base de glyphosate avant sa parution en 2014, et que la pertinence de l’étude est toute relative du fait de sa construction et de sa qualité d’étude in vitro, dont on sait qu’il faut prendre les résultats avec prudence.

Illustration brutale mais efficace des limites d’une étude in vitro, par xkcd.

g) « Il n’est pas surprenant de retrouver cette molécule dans nos organismes, dans notre environnement ou dans notre alimentation sous forme de résidus. »

En effet ce n’est pas surprenant. Il s’agira donc de ne pas paraître surpris si on trouve effectivement des résidus. Et pourtant, la conclusion du rapport ne parle que de ça. Paradoxal, non ?

5/ Un air de déjà-vu ?

À ce stade, les plus assidus auront remarqué que j’ai simplement copié-collé l’article rédigé l’an dernier intitulé Le muesli du matin n’est PAS bourré de pesticides à l’occasion du rapport Exppert 7 de Générations Futures, et adapté par-ci par-là aux données de ce rapport-ci.

C’est l’illustration parfaite du problème majeur de ce rapport et de la reprise médiatique qui en est faite, au-delà des erreurs factuelles grossières déjà soulignées : les critiques que vous venez de lire, elles ont déjà été émises il y a un an, et personne chez Générations Futures n’en a tenu compte. De la même manière, Bunker D avait repris GF sur son rapport portant sur l’urine des français et proposé des critiques qui sont toujours valables pour le rapport ci-présent.

Pour couronner le tout, Générations Futures a forcément eu accès à ces informations : leur président et porte-parole François Veillerette a participé à la même émission radiophonique de CQFD que Bunker D, et des sympathisants de GF ont rapporté sur la page Facebook de l’association le lien vers l’article de la Théière, ce qui motiva une réponse pour le moins colorée.

GF_masque
Au bal masqué, oh hé oh hé…

6/ Une médiatisation sans aucune déontologie

D’accord, Générations Futures semble incapable de produire des rapports qui ne seraient pas entachés d’erreurs factuelles ou de proposer des résultats et des conclusions pertinents. Et de fait, les journalistes qui se sont emparés du sujet, ont remarqué ces faiblesses et ont fait preuve de l’esprit critique qui caractérise leur profession, non ?

Disons  qu’il y a plusieurs catégories :

a/ Ceux qui sont experts en recopie de la dépêche AFP : Science & Avenir, Le Monde, PureActu, L’Express, La Croix, Le HuffPost, ConsoGlobe et d’autres.

On y lit que la question du glyphosate « divise les experts » alors qu’on a vu plus haut que si le danger absolu n’est pas encore évalué de la même manière par tous, les évaluation de risque sont cohérentes entre elles. On a également droit aux paroles de François Veillerette rapportées directement et sans une once de doute, même quand il affirme que « pendant des années et des années, ce n’est pas du tout une bonne nouvelle pour la santé humaine » alors que les LMR découlent de la Dose Journalière Admissible, elle-même basée sur la toxicité à long terme. C’est également contradictoire avec ce qu’affirmait GF au printemps quand elle annonçait que le glyphosate était présent dans les urines des français, signe qu’il est plutôt évacué tel quel et pas métabolisé ou stocké.

Cela dit, on notera tout de même la mention du fait que « Le document n’examine pas le risque sanitaire posé par l’exposition au glyphosate » et la reprise de la phrase de GF concernant les LMR non dépassées. Mais alors pourquoi ne pas expliciter ces aspects, et préférer un flou anxiogène appuyé par la déclaration factuellement erronée de Veillerette ?

Il sera tout de même à remarquer que La Croix propose en fin d’article un autre son de cloche en plus des allégations de GF : « Je ne considère pas que les études de M. Veillerette font foi en matière scientifique, » a déclaré Arnaud Rousseau, président de la Fédération française des producteurs d’oléagineux et de protéagineux (Fop) pour qui « on est dans l’idéologie » ». Pourquoi avoir interrogé un industriel plutôt qu’un chercheur, mystère, mais saluons au moins l’effort.

Mention spéciale à LCI, qui réussit le tour de force de se détacher de la dépêche AFP uniquement pour tomber dans le hors-sujet en faisant s’exprimer le Dr Laurent Chevallier, qui parlera de risque… pour les professionnels, ce qui est très différent de l’exposition orale des consommateurs. Gardons en tête sa maxime très philosophique « Il faut se méfier de tous les produits chimiques qui tuent le vivant, » et souvenons nous également que tout est chimique et que tout peut tuer le vivant pour peu qu’on en utilise assez.

b/ Ceux qui servent la soupe, sans en renverser : Le Nouvel Obs, FranceInfo et d’autres.

Dans ceux ci, on découvre que les produits testés sont « saturé[s] de glyphosate, » « et cela n’est pas, mais alors pas du tout, optimal pour démarrer la journée sur les chapeaux de roue. »

Mais ce n’est pas tout : on minimise l’annonce de l’ANSES qui rassurait le public en rappelant que parallèlement à l’annonce du CIRC, le risque quotidien lié au glyphosate restait très faible, puis on annonce « 87% [des] produits contaminés » quand il s’agit en fait de 16 sur 30. Vous me direz, le journaliste précise qu’il ne parle que des céréales du petit-déjeuner, et je répondrai que ne traiter qu’une part des données pour annoncer de plus gros chiffres porte un nom : le cherry picking.  Et on passera sur le vocabulaire, même s’il est peut-être légèrement poussif de parler de « contamination » quand on est aussi loin de la LMR. Et si Arnaud Gonzague, journaliste de son état, précise que les résultats du rapport ne peuvent être extrapolés et ne sont pas représentatifs de notre alimentation en général, il se permet tout de même d’ajouter : « mais il y a fort à parier que sur un panel plus large, les conclusions ne seraient pas radicalement différentes, » quand bien même l’EFSA trouve seulement 3.1% d’échantillons avec des résidus quantifiables et 0.09% dépassant de peu la LMR, et 0.15%  positifs aux résidus d’AMPA, sans aucun dépassement de LMR.

Et finalement, pourquoi faire son travail quand on peut simplement recopier les allégations de GF en parlant d’ « études fort rares, » de « constat que le glyphosate était très rarement recherché dans nos aliments par les services de la répression des fraudes » ou de « niveau préoccupant » et « certains taux sont assez élevés : jusqu’à 2 micro-miligrammes/kg [sic] d’aliment. S’il n’y a pas de quoi déclencher une intoxication aigüe, l’association estime que cela contamine petit à petit le tube digestif, et donc notre organisme » comme tient à nous le rapporter Anne-Laure Barral, quand bien même ces propos sont faux comme on l’a vu précédemment. Et je ne parle pas d’opinion ici, ces affirmations sont factuellement erronées.

On pourrait voir poindre une lueur d’espoir si « rien n’établit scientifiquement que les résidus présents dans notre alimentation sont assez nombreux pour avoir des conséquences sanitaires avérées » n’était pas bêtement planqué en toute fin d’article, immédiatement suivi du traditionnel « mais les lobbys veillent… » fort utile pour discréditer sans trop réfléchir les éventuelles critiques.

J’ose à peine signaler enfin que non, le glyphosate n’est pas considéré « comme cancérigène probable il y a deux ans par l’Organisation mondiale de la santé (OMS) » mais par le CIRC qui est un organisme certes émanant de l’OMS mais indépendant dans ses conclusions, comme on l’a déjà dit plus haut.

c/ Les minimalistes : RTL, Sud Ouest, Le Télégramme, FranceSoir, TopSanté et d’autres.

Chez eux, pas le temps de recopier la dépêche AFP en entier, donc on balance purement et simplement les chiffres de GF sans se demander un instant s’ils veulent dire quoi que ce soit. Le lecteur se retrouve submergé de microgrammes par kilogramme et ne pourra en conclure qu’une chose : il y a de cette substance au nom étrange « probablement cancérigène » d’après le CIRC dans sa nourriture et c’est sans doute dangereux. C’est le contraire de ce qu’indiquent les résultats de GF ? Qui s’en préoccupe encore…

[Mise à jour 20/09/2017]
Une semaine après l’annonce, revenons sur son traitement médiatique. On signalera d’abord que Le Monde a publié une interview de Veillerette, fort courte est vide, que nous ne creuseront pas davantage car toutes les critiques qui concernent son contenu sont déjà présentes dans le présent article.

Sur une note plus positive, ParisMatch crée la surprise en proposant une analyse critique des allégations de GF. L’article n’est pas parfait, du fait que la contradiction soit uniquement portée par des organismes intéressés, mais on reste à des années-lumière des exemples listés plus haut.
Dans un registre similaire, Géraldine Woessner réalise sur Europe 1 une chronique magistrale qui est le prototype de ce qu’il aurait fallu lire et entendre dans les autres médias : les explications sont claires et succinctes, elle dit clairement ce qui est vrai, faux ou manipulé. On est alors en droit de se demander pourquoi un travail de cette qualité ne fut pas rediffusé aux heures de grande écoute.

Enfin, Chèvre Pensante a réagi en créant un Générateur de débunkages qui permet de déterminer de manière semi-automatique à quel point une information concernant le glyphosate est manipulée.

En conclusion de cette partie, il convient de comparer ces critiques à celles qui furent émises l’an dernier lors de l’épisode du Muesli, pour constater qu’à part Europe 1, tous les fautifs ont récidivé.

marmotte
1/ GF publie un rapport. 2/ Battage médiatique. 3/ Rincez. 4/ Répétez.

Conclusion

Commençons par l’évidence : le « il y a urgence pour l’Union européenne à renoncer à l’usage de cette molécule » de Veillerette est largement gratuit et déconnecté des résultats de son rapport, puisque « cette molécule » ne fait courir aucun risque aux consommateurs si l’on en croit ses propres chiffres.

Une seconde observation, c’est que le journalisme francophone a encore une fois échoué à traiter convenablement d’un sujet qui préoccupe pourtant une bonne partie du public, pour se vautrer dans l’anxiogène pas cher et le copier-coller éhonté qui mettrait en rage n’importe quel documentaliste de collège / lycée.

Une troisième observation, c’est qu’aucun des articles fautifs cités ne fait l’impasse sur l’information politique que GF veut transmettre à l’aide de ses faits erronés : il faudra bientôt que l’Europe statue sur le glyphosate, alors faisons peur au public pour qu’il suive docilement ce qu’on lui matraque de toutes parts.

Le rôle des journalistes, leur métier, c’est d’informer. Je n’entends pas expliquer à quiconque comment exercer sa profession ; en l’occurrence je ne vois pas ici des tentatives d’information, mais au mieux de la mésinformation, et au pire de la désinformation. Et ça, j’entends pouvoir le critiquer à l’envie. Il est aberrant à mes yeux qu’aujourd’hui, alors qu’on entend expliquer au public comment faire preuve d’esprit critique, comment avoir du recul par rapport à ce qu’on lit et ce qu’on raconte à nos proches, des journalistes échouent lamentablement à réaliser ce qu’on peut faire avec une classe de primaire.

On entend parfois des plaintes concernant la défiance du public envers les sources d’information « officielles », ou disons plutôt légitimes, qui distribuent les fruits du travail des journalistes professionnels. Comment ne pas comprendre ces défiances quand on constate déjà des problèmes majeurs dans le traitement d’une information aussi simple que neuf pages rédigées par une association quelconque ? Qu’arrivera-t-il quand une association prônant la Terre plate tentera le coup ?

Je ne rejette pas la faute particulièrement sur les journalistes eux-même : leurs conditions de travail, la situation économique des journaux, le besoin d’être premier sur l’information pour exister, sont autant de facteurs aggravants qu’il convient de prendre en compte. Cela dit, il semble qu’une sévère remise en question individuelle soit néanmoins nécessaire et loin d’être effectuée, avant de pouvoir les dédouaner des manquements flagrants aux responsabilités envers leur public.

Apprendre à trier l’information c’est bien, assainir le flux en provenance des professionnels, c’est pas plus mal. Contactons notre journal habituel pour demander un meilleur traitement de ce sujet, une modification de l’article déjà paru ; honnête et consciencieux, l’auteur ne pourra qu’accepter. Faisons-le chaque fois que ce sera nécessaire : soyons exigeants avec nos journalistes, pour qu’ils le soient avec eux-mêmes.

 

carte presse
Et pour qu’on ne finisse pas par distribuer uniquement ce modèle de carte là.

Références :
Base de données européennes des LMR associées aux pesticides et produits bruts considérés

Monographie 112 du CIRC (le tiers qui porte sur le glyphosate)

Base de données ISAAA des OGM autorisés à travers le monde

Conclusion de la Review menée par l’EFSA à propos du glyphosate

Rapport européen sur les résidus de pesticides basé sur les données de 2015

Règlement européen relatif à la classification des substances et mélanges

Règlement européen relatif à l’autorisation des biocides

Réponse de l’ECHA aux allégations de Global2000

Critique de Major pesticides are more toxic to human cells than their declared active principles par le BfR

Publicités

18 commentaires sur “Glyphosate : une désinformation que vous avalez dès le matin

  1. Le docteur Jérôme Bernard-Pellet est déjà dans cette démarche de prendre contact avec AFP et journaux/magasines français afin de combattre la désinformation et tous les mensonges éhontés diffusés régulièrement par les médias dans le domaine qu’il maîtrise, la nutrition. Vous pouvez le suivre et même l’aider, si vous le souhaitez, sur sa page facebook.

    J'aime

  2. AMHA les journalistes se fichent bien pas mal de ce qui peut être raconté ici et des gémissements de protestation sur leur manque de professionnalisme et de déontologie pourtant évident.
    Je pense que malgré la qualité de vos articles et la pertinence de vos analyses, vous n’avez pas compris que :
    – un chien mord un homme n’est pas une information alors qu’un homme mord un chien en est une.
    – la peur fait vendre, rassurer non.
    – la majorité des journalistes n’a aucune culture des chiffres, des unités et des sciences en général.
    – les journalistes sont écolos marxistes convaincus : pour eux, la société de consommation et le capitalisme détruisent la planète et la malbouffe nous empoisonne.

    Moralité ; vous pouvez toujours vous brosser pour être reçu chez eux et faire valoir – justement – vos arguments.

    La seule chose qui nous reste, c’est de ne pas acheter leurs torchons.
    On peut aussi supprimer leurs subventions « d’aide à la presse », pourquoi payer des impôts pour de la propagande ?

    J'aime

    • Bonjour Murps,

      Merci d’avoir pris le temps de commenter.

      Veuillez noter que le propos de l’article n’est pas de prendre pour norme ce qu’est le journalisme aujourd’hui, mais ce qu’il est censé être par définition si on lit les textes traitant de déontologie par exemple.

      Ainsi, il est choquant à mes yeux que le journalisme dit scientifique puisse donner naissance à des articles de si faible qualité. Sans compter que non, tous les journalistes ne sont pas des « écolos marxistes convaincus », et que quand bien même ils le seraient, ça ne les empêche pas dans l’absolu de faire leur travail honnêtement et correctement.

      Note : Vous en déplaise, l’activité humaine actuelle est belle et bien un gros facteur de risque environnemental, le principal moteur du changement climatique et tout mode d’alimentation n’est pas nécessairement sain. Plusieurs articles sur La Théière Cosmique évoquent ces problématiques en se basant sur la recherche. Il convient donc de ne pas tout amalgamer : ce n’est pas parce que le glyphosate n’est pas le monstre qu’on nous présente, que rien n’est vrai en ce qui concerne les enjeux environnementaux.

      J'aime

  3. La classification des journaux n’est certainement pas à jour. Par exemple, le Monde publie une interview de M. François Veillerette, président de Générations Futures qui donc publie ce rapport qui fait du beuze, comme on dit. On ne peut pas dire que l’intervieuwer fasse beaucoup d’efforts pour essayer de contredire les erreurs de M. Veillerette.

    Une chose qui n’est pas abordée dans votre conclusion, c’est qu’il est possible que les fables comme celles-ci ne soient diffusées qu’en fonction de l’idéologie de ceux qui tiennent les rubriques et donc penchent en faveur d’une certaine tendance politique.

    J'aime

    • L’interview est la même reprise partout, je vous invite à vérifier par vous même le copier-coller flagrant des articles entre eux.

      Beaucoup de choses peuvent expliquer la diffusion de ces « informations » : l’idéologie est l’une d’elles, mais pas la seule, loin s’en faut. Aussi, je n’entre pas dans le détail des facteurs exacts à l’origine de l’action de chaque journaliste ; dans tous les cas, un peu de recul et d’autocritique doit permettre de corriger le tir. Ces gens ont appris à transmettre et mettre en valeur l’information, il faut juste qu’ils se décident à le faire correctement.

      J'aime

      • Je persiste: il y a 2 articles sur le site du Monde. Il y a celui que vous mettez en lien, et il y a l’interview de François Veillerette → http://www.lemonde.fr/planete/article/2017/09/14/il-reste-difficile-d-acheter-un-aliment-en-etant-sur-qu-il-n-ait-pas-ete-traite-au-glyphosate_5185798_3244.html

        Cette dernière interview n’est pas qu’un simple copier coller de la dépêche AFP.
        D’ailleurs, c’est courant dans le Monde, ce type de stratégie. Le Monde publie rapidement les dépêches AFP qui sortent sur les sujets qui sont traités ou ont été traités dans le passé. Puis publie, soit un article, soit une interview avec des éléments originaux sur le même sujet un peu plus tard (dans les 24h suivantes).

        J'aime

      • Je vois, je l’inclue donc dans la mise à jour de l’article. Cela ne change rien aux critiques émises vis-à-vis du c-c de l’AFP, car il me semble tout à fait anti-journalistique de recopier sans aucun recul une dépêche et donc prendre le risque de diffuser de grosses conneries, quand bien même un autre article est publié ensuite. En l’occurrence, l’interview contient toujours autant de vide intersidéral donc je ne suis pas sur qu’elle soit à l’honneur du Monde…

        J'aime

  4. Article bien écrit et qui remet en cause des pratiques douteuses.
    Juste quelques remarques, les LMR/DJA sont des limites basées sur des études in Vivo, souvent chez le rongeur. Alors oui c’est mieux que rien mais il faut qd même garder cela en tête. De même que les effets perturbateurs endocriniens qui peuvent survenir à très faibles doses. Donc le respect des LMR/DJA c’est cool, mais à relativiser. Ya quand même peu de données. Et effectivement les études épidémiologiques s’intéressent peu aux fongicides si tu compare aux insecticides. Je pense qu’une requête pubmed doit le montrer. Dernière chose le fait que la molécule soit excrétée sous forme inchangée dans les urines c’est pas forcément une bonne nouvelle. Certains métabolites sont plus toxiques effectivement que les molécules mères, mais pas tous. En tout cas bravo pour l’article d’utilité publique 😉
    Bonne continuation
    Lisa

    J'aime

    • Bonjour Lisa,

      Merci d’avoir pris le temps de commenter !

      En effet les DJA sont calculées à partir des NOAEL (plus haute dose sans effet connue) évaluées sur rongeurs. Et donc ? On tient déjà compte des différences entre rongeurs et humains via le coefficient 100 entre la NOAEL et la DJA (10 pour le passage rongeur => humain, 10 comme marge de sécurité) et dans le cas précis du glyphosate, la DJA a été encore diminuée par précaution.

      En ce qui concerne les perturbateurs endocriniens, tout ne l’est pas – et le glyphosate ne l’est pas a priori. De plus, PE n’implique pas nécessairement danger sous la DJA, comme on peut le voir dans l’article sur le muesli en lien dans l’article ci-dessus. Il convient donc de ne pas agiter les PE comme un épouvantail terrible et plutot comprendre ce dont il s’agit exactement. J’ai d’ailleurs le projet de rédiger un article qui reviendra sur une partie de ces éléments qui manquent souvent au public.

      Enfin, le propos portant sur l’évacuation du glyphosate du corps est davantage détaillé dans le lien vers le Bunker D qui est donné. Je ne dis pas que c’est forcément un bon signe : je dis que dans le cas du glyphosate c’est un bon signe car cela montre que les accusations de stockage à travers le temps sont infondées.

      Quoi qu’il en soit, bonne continuation à vous de meme !

      J'aime

  5. Juste pour signaler, et saluer, qu’Europe 1 a produit par la voix de Géraldine Woessner le 18/09/17 vers 7h15 et malheureusement pas repris à des heures de grande écoute, une chronique honnête sur le thème. Ca nous change des crétineries saportienne.
    [audio src="http://api.europe1.fr/podcast/mp3/itunes-912293561/3438953/podcast.mp3" /]

    J'aime

  6. Quiconque entend parler un journaliste d’un sujet qu’il connait, se rend compte, que le journaliste se fout pas mal de comprendre de quoi il parle.
    Je n’ai pas vu la déclaration de non conflit d’intérêt dans cet article pourtant bien fourni.
    Les doses journalières sont conçues par négociation entre experts rarement vierges de conflit d’intérêt.
    On parle en marge des conséquences sur la santé humaine ?
    Qwantez augmentation du nombre de cancers : vous trouverez aisément : explosion du nombre de cancer
    entre … 1980 et 2000. Et c’est pire après. On attend 2100 ?

    J'aime

    • Tout ce qu’il y a à savoir des intérets des auteurs de ce blog est indiqué dans l’onglet « A propos » et est éventuellement complété en fin d’articles si nécessaire.

      Maintenant, je vous invite à vous renseigner sur l’établissement des DJA ; il ne s’agit pas de négociations mais d’aller chercher la plus haute NOAEL (dose à laquelle on sait qu’il n’y a aucun effet sur les rongeurs) puis diviser cette dose par 100, 1000 ou davantage selon les cas (cancérigène, neurotoxique, etc.).

      Concernant l’augmentation du nombre de cancers, commencons par regarder des données pertinentes : l’augmentation des cancers des poumons n’a rien à voir avec ce dont on parle par exemple. Ensuite, une éventuelle corrélation n’implique pas nécessairement causalité : entre 1980 et 2017 les foyers se sont massivement équipés en en télévisions et ordinateurs : pourquoi ne pas les accuser ?

      On ne décide pas qu’une substance est cancérigène au doigt mouillé ; il y a un certain nombre de subtilités, décrites dans les travaux en lien dans l’article ci-dessus, je vous invite à les consulter 🙂

      J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s