Envoyé Spécial et Glyphosate: l’escalade de l’intox

Oui, nous aussi on est surpris Jamel…

Le glyphosate, principe actif de divers herbicides tels que le RoundUp, fait parler de lui fréquemment ces dernières années. Dernier épisode en date, une soirée Envoyé Spécial lui est dédiée sur la chaîne télévisée France 2 le 17 janvier 2019. Au cours des 2h de reportage, sont abordés pêle-mêle des notions de toxicité, son classement par plusieurs organismes d’évaluation, mais aussi des affaires de manipulation et des études de cas.

Avant, pendant et à la suite de l’émission, de nombreux échanges ont éclos sur les réseaux sociaux à propos des arguments diffusés ; et le 22 janvier, France Info publie alors un article de réponse aux critiques reçues. C’est cette situation de double fact-checking que nous proposons de décortiquer à présent, d’abord en reprenant les points cités par France Info puis plus largement.


I) Une réponse point par point aux airs d’écran de fumée

A/ Pierre, feuille, ciseaux, puits empoisonné

Cliquer pour révéler/masquer le texte
image24
Extrait de l’article paru chez France info

Ce premier élément n’est pas un point numéroté par les journalistes qui entendent défendre le travail d’Envoyé Spécial. Pour autant il convient de ne pas l’ignorer car il est fondamental dans la structure de leur réponse.

“Let nothing go” est une stratégie de communication adoptée par Monsanto dans le but de contrecarrer les informations négatives à propos de leur produit auprès du public… et c’est à peu près tout ce qu’on en sait. La notion est apparue dans l’examen des Monsanto Papers, des emails internes à l’entreprise révélés partiellement, si l’on en croit la déposition d’un avocat de M. Johnson ; et justement, les potentielles informations supplémentaires sur le sujet disponibles dans les mails ne sont accessibles ni aux journalistes ni au public en général.

A partir de là, plusieurs journalistes francophones ont récupéré à leur compte son interprétation  au point d’affirmer qu’une armée de trolls noyaute les critiques faites aux détracteurs de Monsanto. L’aboutissement du raisonnement est publié chez Marianne, où tous les individus qui osent ne pas partager l’avis de ces journalistes sont systématiquement relégués au rang de propagandistes payés. En rhétorique cette manoeuvre porte un nom : l’empoisonnement du puits, qui consiste à affirmer préalablement au dialogue que l’autre ne peut qu’avoir tort ou à le discréditer d’avance. Monsanto est effectivement coupable d’astroturfing, technique qui consiste à communiquer sur les réseaux sociaux via des comptes tenus par des individus en apparence non liés à l’entreprise ; mais l’existence de ces tentatives – on parle de groupes de discussion de quelques centaines de personnes, bien loin du complot tentaculaire capable de repérer la moindre mention de Monsanto sur les réseaux – n’implique pas que tout commentaire qui ne s’oppose pas à l’entreprise soit piloté par cette dernière. A ce sujet on pourra consulter la vidéo d’Un Monde Riant qui y est dédiée.
Remarque importante : bien que les lignes qui suivent ne soient pas écrites, ghost writées ou pilotées par un troll de Monsanto – du moins à ma connaissance – il n’est pas en mon pouvoir d’empêcher le lecteur de le croire. La consultation de l’article ci-après aura lieu dans des conditions optimales et ne sera pertinente que si le lecteur ne considère pas par défaut qu’il est confronté ici au lobbying de Monsanto. Dans le cas inverse, un gain de temps mutuel substantiel sera obtenu par la non-lecture et la non-émission de commentaires accusatoires gratuits. Et concernant les autres contenus disponibles sur internet, le soupçon d’astroturfing ne doit pas interdire la lecture critique : cela n’implique pas que les informations diffusées soient nécessairement erronées.

B/ Issue du procès Dewayne Johnson contre Monsanto

Cliquer pour révéler/masquer le texte

image27

Lors du procès à la cour supérieure de Californie, un jury populaire a statué que les formulations de glyphosate utilisées par Dewayne Johnson avaient participé à l’apparition de son lymphome non hodgkinien, une forme de cancer du sang.

Il n’est donc en effet pas du tout pertinent d’affirmer que la décision de justice ne portait pas sur l’implication du RoundUp. L’article de France Info suggère fort à propos une origine possible de cette erreur ; la réponse n°1 est donc bienvenue.

image9

En revanche, il est nécessaire de se demander quelle valeur revêt la décision de douze citoyens et citoyennes éclairés en majeure partie des seuls éléments apportés par les partis en présence, quand on cherche à évaluer ce qui relève complètement des sciences.

En effet, on peut identifier de nombreuses sources de biais divers dans cette manière de procéder :

  • méconnaissance de l’état de l’art : avant toute chose, on ne peut statuer sur une hypothèse scientifique qu’en ayant connaissance de l’état de l’art, c’est-à-dire l’état des connaissances disponibles sur le sujet. Les jurés n’étant à priori pas des spécialistes de toxicologie, d’oncologie, d’agronomie ou d’autres champs de connaissances en rapport à l’objet du procès, et les avocats des deux parties non plus, il n’est pas du tout évident que la prise en compte de l’état de l’art se soit déroulée dans de bonnes conditions.
  • méconnaissance des usages en sciences : plus généralement, les jurés ne sont à priori pas ou peu rompus aux manières de procéder en sciences et sur la construction des connaissances scientifiques. Ils n’ont aucune raison particulière d’être formés en statistiques, ou de ne pas être impressionnés par les avalanches de jargon.
    image14
    Manoeuvre de l’avocat du plaignant basée sur la méconnaissance des statistiques du jury – Extrait du PV du procès, ressource annotée empruntée à Bunker D
  • jeu des avocats : au cours d’un procès, les avocats des deux parties ont pour objectif d’influencer les jurés. Le travail d’avocat ne consiste pas à aider le jury à établir une image nette et réaliste de la situation discutée, mais une image en faveur de leur client, qu’il soit plaignant ou accusé. Rien n’assure par ailleurs que les efforts combinés et opposés des deux groupes d’avocats en présence aboutissent à un juste milieu correspondant à la réalité des faits débattus. On peut relever à titre d’illustration l’exemple ci-dessus d’une manoeuvre d’un avocat du plaignant, qui a consisté à laisser entendre au jury que l’ensemble des études ne trouvant aucune différence significative entre populations exposées au glyphosate et populations contrôle proposent des résultats non significatifs, et sont donc non-significatives elles-mêmes. Ce jeu sur la polysémie du terme significativité vise manifestement à laisser entendre quelque chose de strictement faux au jury et c’est une stratégie recevable au cours d’un procès, mais qui a peu à voir avec l’évaluation objective des faits.
    image1
    L’avocat du plaignant repris par le juge – Extrait du PV du procès, ressource annotée empruntée à Bunker D
  • sympathie compréhensible et humaine pour le plaignant : Dewayne Johnson a fait le choix de passer une part du peu de temps que les médecins s’accordent à lui laisser, à chercher réparation en justice. De plus, son statut de jardinier et la nature de son adversaire, une grande firme peu populaire, tendent à suggérer l’imaginaire lié à David contre Goliath – imaginaire repris explicitement dans les médias par ailleurs en amont comme en aval du procès. Il est donc tout à fait compréhensible et humain de la part du jury d’éprouver de la sympathie pour lui, sans que cela ne soit nécessairement un point positif pour l’évaluation neutre des preuves présentées.
  • antipathie compréhensible pour l’accusé et son produit : de manière inverse, la réputation de Monsanto, l’histoire des procès perdus par le passé et un certain nombre de légendes urbaines n’aident pas les jurés à aborder de manière non orientée la question de la responsabilité de l’entreprise. Le simple statut d’entreprise est en soi un élément à charge contre elle en ce sens. Encore une fois, la possibilité d’un tel biais est tout à fait compréhensible et elle est citée ici sans être une quelconque forme de reproche aux individus concernés.

De manière générale, l’évaluation scientifique est très distincte des processus qui ont lieu dans les tribunaux. Les deux citations d’expert qui suivent ont pour unique objectif de reformuler ce qui est détaillé précédemment :

« Il existe une distinction entre la causalité juridique et la causalité scientifique. […] La justice cherche ce qui est juste, pour indemniser des victimes potentielles. » Clémentine Lequillerier, membre de l’Institut Droit et Santé à l’université Paris-Descartes pour l’AFP au sujet de la décision de la Cour Européenne de Justice concernant les verdicts possibles dans les affaires liées aux vaccins.

« The judgment is measured. […] Where the science is sparse or contradictory, the ECJ’s decision may make it easier for people to win cases against vaccine makers. […] But the ruling makes it clear that courts should reject spurious and weak evidence.” Joasia Luzak, an expert in consumer law at the University of Exeter, UK, même sujet.

Bien que l’objet – les effets secondaires indésirables des vaccins – et le cadre judiciaire – UE d’une part, USA de l’autre – soient différents, ces citations illustrent une notion fondamentale dans un procès et absente de l’évaluation scientifique : l’idée que s’il y a victime, on ne cherche pas tant à établir des faits qu’à faire justice à cette dernière et possiblement lui proposer indemnisation. On comprend alors que la principale dissension qui ait filtré hors du jury a posteriori fut la question du montant de l’indemnisation de Dewayne Johnson.

Ce mode de fonctionnement de la justice occidentale relève d’un choix, d’une vision de l’éthique judiciaire, et s’il appartient à chacun de le placer sur un axe bien – mal, il faut en tout cas être conscient de l’objectif recherché, à savoir la priorité sur la protection des victimes. Et que l’on considère que ce soit une bonne ou une mauvaise approche de la justice, il est clair qu’il s’agit d’une approche qui ne peut se substituer à l’analyse scientifique des faits. Une décision de justice n’est vraiment pas une manière adaptée de trancher une question scientifique.

La réponse de France Info est donc à la fois exacte – le jury populaire a effectivement statué sur l’état de l’art – et complètement à côté de la plaque – ce n’est pas à la justice d’émettre ce genre de conclusions et la décision n’a aucune valeur en dehors du procès.

Pour aller plus loin sur la question du procès et ce qu’il permet de déduire quant aux connaissances scientifiques sur le glyphosate : la science derrière le procès Johnson VS Monsanto.
Pour aller plus loin sur la différence d’évaluation du CIRC avec d’autres agences : Glyphosate, comment on en est arrivé là.

C/ Quantités de produits utilisées par Dewayne Johnson

Cliquer pour révéler/masquer le texte

image12

La réponse de France Info aux critiques consiste à confirmer ce qui leur est reproché, à savoir que le reportage annonce bien une utilisation de 500L de glyphosate par jour, pour ensuite expliquer qu’il s’agit d’une métonymie, c’est-à-dire une figure de style pour parler en réalité d’une dilution de RoundUp. Il est ajouté que cette simplification de discours est également employée au cours du procès Johnson VS Monsanto ou par les spécialistes.

L’émission est écrite et réalisée par des journalistes de métier ; ils sont donc a priori tout à fait conscients du pouvoir de suggestion que peuvent avoir les informations selon la manière dont elles sont apportées, et donc l’impact de l’annonce de grands nombres, a fortiori lorsque aucun ordre de grandeur de ce qui est “normal” est indiqué en parallèle. Le fait que la confusion soit possible pour les non-spécialistes est d’ailleurs probablement la raison de l’usage de la métonymie lors du procès. Ils sont également conscients du fait que le public n’est pas spécialiste de l’usage standard des herbicides. Ils doivent donc être conscients qu’il est loin d’être évident pour ce même public que Dewayne Johnson n’utilisait pas 500L de RoundUp par jour mais en réalité environ 10L ensuite dilués.

Cette manière de présenter les choses peut être mise en rapport avec une phrase qui arrive plus loin dans la réponse de France Info : “Envoyé Spécial se contente d’être rigoureux et précis” ; comparaison qu’on reproduira plus loin.

D/ Indépendance des évaluations du glyphosate

Cliquer pour révéler/masquer le texte

image26

Les auteurs du reportage d’Envoyé Spécial insistent à raison sur la mention surlignée en jaune ci-dessous, faite dans l’étude en question :

image16
Capture reprise de l’article paru chez France Info – phrase en rouge mise en évidence par nos soins, surlignage jaune d’origine.

En effet, il se trouve qu’elle est erronée : des employés de Monsanto ont relu le manuscrit et l’ont en partie modifié. Mentir à ce sujet est un grand manque de transparence et nuit à la crédibilité de l’étude d’une part, et constitue une malversation qui doit être reprochée à Monsanto d’autre part. Il n’est ni normal ni tolérable de procéder à du ghost-writing, l’écriture partielle ou complète de papiers scientifiques par des individus non cités comme auteurs de ces derniers.

Pour autant, il est très discutable que l’indépendance soit supposée si on se contente de lire l’étude. En effet, la ligne précédant celle citée par France Info atteste que l’évaluation est financée directement par Monsanto et précise la nature de l’intérêt de l’entreprise dans le sujet de l’étude. Cette déclaration est insuffisante pour décrire complètement l’influence qu’a pu avoir Monsanto sur l’étude, mais sa présence invalide l’idée qu’on pourrait croire l’étude complètement indépendante. Une investigation plus poussée aurait été intéressante, pour chercher à expliquer justement la raison du mensonge sur la relecture et l’édition du manuscrit alors que l’implication financière était déjà annoncée.

image7
Intégralité de la déclaration de conflits d’intérêts – ressource annotée empruntée à Bunker D

En tous cas, il est peu pertinent de laisser entendre que cet état de fait prouve une manipulation des résultats scientifiques par Monsanto ; en effet, l’étude ne produit aucune nouvelle donnée brut et consiste en un traitement statistique de données déjà connues. La non-indépendance induit des biais possibles – ainsi que l’indépendance en introduit également, mais pas les mêmes – aussi on cherchera à observer les effets de ces critères sur des ensembles de travaux au cours de revues de la littérature disponible.

Enfin, les analogies à des scandales passés tels que le tabac et l’amiante sont malvenues, car là encore on ne constate pas d’altération profonde des connaissances scientifiques mais plutôt des actions dirigées vers l’opinion publique et/ou les décisionnaires.

Au sujet du tabac on pourra par exemple relire : La science du tabagisme et le sophisme de Big Tobacco.

Au sujet de l’amiante, sur le site de Claude Got : Expertise des connaissances du risque lié à l’amiante

Au sujet de l’amiante toujours, chez Science Etonnante : Glyphosate, le nouvel amiante ?

image11

Le reportage annonce que l’étude est utilisée comme “référence de la recherche indépendance” par les agences sanitaires, suggérant ainsi que Monsanto a sapé la base des évaluations du glyphosate.

Au delà de ce qui a été détaillé précédemment sur la portée très limitée de la “sape” possible via la modification du manuscrit de l’étude, la simple présence du titre de l’étude en fin de dossier ou rapport ne signifie pas qu’elle fonde les conclusions dudit contenu. Ainsi, on peut trouver l’étude de Séralini de 2012 dans la monographie 112 du CIRC dédiée au glyphosate, sans pour autant que cette dernière soit exploitée ou prise en compte. En l’occurrence, le papier de Kirkland se trouve dans la section “Ressources supplémentaires” de l’évaluation de Santé Canada, où sont listés des papiers traitant du sujet mais non exploités.

L’étude est donc présente au sens strict dans le rapport d’évaluation ; mais là encore, la manière d’apporter l’information déforme complètement la vision du public de la réalité en laissant entendre que la décision de l’EPA dépend du contenu de l’étude.

E/ Implication de Gilles-Eric Séralini dans Envoyé Spécial

Cliquer pour révéler/masquer le texte

image21

On retrouve encore le même soucis sur ce point : en effet Envoyé Spécial n’écrit ni n’explicite oralement le terme “lanceur d’alerte” et se fend d’une – unique – phrase à propos de la réception de l’étude de 2012 de Séralini.
Pour autant la forme du reportage, l’interview qui est faite de Séralini, et l’importance minime qui est donnée à la mise en contexte – réception de l’étude par les scientifiques, manipulations médiatiques à sa sortie – sont des éléments très critiquables du reportage qu’Envoyé Spécial ne peut pas glisser sous le tapis. Il est bien peu professionnel d’insister si lourdement sur l’hypothèse non étayée que l’action de Monsanto serait LA raison de la rétractation de l’étude – rétractation qui n’est absolument pas la première historiquement d’ailleurs – alors que cette étude est en réalité mal construite et réalisée, incohérente avec le reste de la littérature sur le sujet, et surtout que les tentatives de répliquer ses résultats ont toutes échoué.

image5
Citation de Seralini & al. 2012 republiée en 2014, citée dans la monographie 112 du CIRC – ressource annotée empruntée à Matadon

 S’il est extraordinaire de rétracter une étude pour les raisons invoquées, publier une étude dans les circonstances qui furent siennes l’est également.

image22

Séralini n’est PAS un fraudeur au sens de “fraudeur scientifique”, en tout cas rien ne permet de l’affirmer sans tomber dans la diffamation, légalement parlant. Envoyé Spécial a donc raison de ne pas employer ce terme dans son reportage.

En revanche, il a bel et bien fait des montages financiers exotiques dans le but de cacher les sources de financements de son étude, de ses propres aveux. Il a également organisé la déroute médiatique qu’a été l’annonce de la publication de son papier, imposant aux journalistes prévenus à l’avance – c’est habituel – de ne pas demander conseil à des experts pour préparer leurs articles sur le sujet – c’est extrêmement inhabituel.

image23
Extrait de « Tous cobayes », Gilles-Eric Séralini – ressource empruntée à Bunker D

La défense d’Envoyé Spécial sur ce point est pour le moins ambigüe : le fait qu’il ne soit pas possible de dire que Séralini est un fraudeur ne le rend pas pour autant pertinent en tant qu’intervenant, a fortiori sans remise en contexte et rappel de ses exactions passées et plus récentes.

Proposition de tour de l’affaire Séralini par Matadon : Affaire Séralini, Monsanto nous manipule ?

F/ Le glyphotest

Cliquer pour révéler/masquer le texte

image20

La stratégie de réponse sur ce point n’est plus une surprise pour quiconque a lu les points précédents : en effet, il n’existe pas de seuil limite de glyphosate dans les urines.

Il n’existe pas de seuil limite de glyphosate dans les ongles de pieds, les cheveux ou l’acier forgé. Pour autant ce n’est pas pertinent à mettre en avant à la TV devant des millions de spectateurs. Si la question est la toxicité, alors c’est la quantité ingérée qui est pertinente ; la quantité rejetée ne permet pas du tout de présumer des risques encourus, pris tels quels. Le Glyphotest est bel et bien peu utile, et si on relève les points de forme déjà cités précédemment de chiffres sans contexte et l’appel à l’ignorance (on ne sait pas donc inquiétons nous) appuyé par France Info, il est de surcroît manipulateur. Enfin, les journalistes insistent – sans que ce soit pertinent – dans l’article de France Info sur le fait qu’ils parlent de seuils “dans les urines”, or cette précision est complètement absente dans le reportage diffusé à la télévision.

D’ailleurs on lit également :

image15
Extrait de l’article paru chez France Info

Zéro, c’est même infiniment moins que ce qui a été mesuré. Mais en quoi est-ce pertinent ici ? On est ici à la limite de la parodie, on croirait lire un texte de mise en garde contre le MODH.

image28
Extrait de l’article paru chez France Info

Ce paragraphe est particulièrement intéressant car il est :

  1. factuellement faux : on peut estimer les risques si on fait l’effort de transformer les résultats en données exploitables, comme le propose Bunker D en reprenant des informations directement issues de la littérature : les quantités obtenues à partir des mesures du glyphotest sont des centaines de fois sous les seuils !
  2. témoin du blocage sur l’absence d’un seuil qui n’aurait aucun sens s’il existait, blocage qui frise la mauvaise foi.
  3. témoin d’un relativisme à contresens total du fonctionnement usuel des sciences – il n’y a jamais 100% d’études dans le même sens, c’est normal et attendu.
image18
Extrait de l’article paru chez France Info

A ce stade, il faut se demander comment des journalistes a priori renseignés sur leur sujet peuvent écrire de telles lignes. Leur premier argument sur ce point est la non-pertinence de comparer directement la mesure issue du glyphotest à la Dose Journalière Admissible du glyphosate, mais personne ne propose cette comparaison ! Comme vu précédemment, Bunker D développe un calcul clair qui permet de remonter à la quantité probablement ingérée, et il est préoccupant que cette démarche ne soit apparemment pas comprise par celles et ceux qui ont voulu traiter de la toxicité d’une substance à la télévision.

image3
Extrait de l’article paru chez France Info

Enfin, un argument ad-hoc surprise : la comparaison est de prime abord surprenante quand on considère que PELAGIE concerne… des femmes enceintes bretonnes ; ça ne semble pas être le cas des sujets du glyphotest. C’est un mauvais argument pour tenter de rendre de la crédibilité au glyphotest, dont l’objectif affiché dans le reportage ou dans la publicité qui lui est faite aujourd’hui n’est clairement pas de se contenter de chercher une proportion d’individus concernés mais bien de réaliser des mesures quantitatives signifiantes. Enfin, Il est probable que l’exposition de la population générale à de très faibles quantités de glyphosate ait augmenté en 15 ans,la région bretonne est dynamique dans le secteur agricole et le fait de ne sélectionner que des femmes – enceintes ou non – n’ajoute probablement pas un biais énorme sur les résultats ; pour autant il est nécessaire de se poser ces questions avant de se lancer dans des comparaisons et des conclusions hâtives.

Pour reformuler la phrase choc employée dans l’article de France info, “Envoyé Spécial” revendique donc d’avoir présenté sans aucun contexte ni élément repère des chiffres inexploitables tels quels, d’avoir volontairement refusé de les rendre pertinents et de disposer de bases scientifiques clairement lacunaires ou d’une mauvaise foi et une volonté de manipulation à la limite de l’insulte à l’intelligence du public.

G/ Le cas-témoin du Sri-Lanka

Cliquer pour révéler/masquer le texte

image17

Dans la continuité des réponses précédentes, France Info a tout à fait raison en affirmant que Envoyé Spécial ne tranche jamais “Le glyphosate est de manière sûre et définitive la cause unique de l’épidémie rénale du Sri Lanka”.

Ceci étant dit, ce n’est pas la critique qui est proposée. Le simple fait d’insister lourdement sur les travaux de Channa Jayasumana et de lâcher une – unique – phrase sur l’existence d’autres causes probables ou d’oublier l’avis des experts consultés par l’ONU très mitigé sur ses travaux, et de ne jamais évoquer la position de l’académie des sciences Sri Lankaise opposée à l’interdiction, laisse l’empreinte d’un traitement très orienté qui ne peut proposer une vision pertinente de la situation au public.

On notera par ailleurs qu’une décision d’Etat n’est pas plus une preuve scientifique qu’une décision de justice et que Jayasumana est lié à une action en justice visant le glyphosate, ce qui constitue un conflit d’intérêts flagrant qu’Envoyé Spécial n’a pas jugé bon de relever – ça ne veut pas dire que ses travaux sont à jeter, à nouveau, en revanche au vu du traitement de l’étude de Kirkland (voir C) on assiste à du deux poids, deux mesures manifeste.

Remarque :

Le principe de précaution est souvent détourné de son sens et invoqué à tort et à travers. Les sceptiques sont prompts à signaler ces errements, aussi il est intéressant d’aborder son utilisation ici. Si les travaux de Jayasumana n’avaient pas été si légers méthodologiquement, on aurait assisté à une utilisation saine du “principe de précaution” : un problème de santé publique est constaté ou soupçonné (ici il est constaté, c’est le fort taux de problèmes rénaux dans la population), une cause éventuelle est identifiée (ici ça aurait été le glyphosate, mais les travaux en question ne s’avèrent pas suffisants pour en faire une cause éventuelle identifiée sérieusement), donc une décision rapide est prise pour tenter d’endiguer le problème (ici, interdiction temporaire du glyphosate). Puis à la lumière d’informations scientifiques supplémentaires (voir la communication de l’académie des sciences Sri Lankaise) et devant le poids économique de la décision (la production de thé et de caoutchouc naturel sont des parts importantes de l’économie du pays et facteurs de développement des populations pauvres) est décidé un retour sur la décision.

On terminera cette remarque en notant que cette issue possible est également un élément très fréquemment absent des appels infondés au principe de précaution.

image13

La réponse fournie via France Info est exacte et claire cette fois ci : le glyphosate est officiellement réautorisé pour le thé et le caoutchouc naturel – issu de l’hévéa.
La raison de la confusion qui a pu avoir lieu sur le sujet est le flou qui entoure cette réintroduction. En effet, après l’annonce officielle d’une ré-autorisation partielle, le “Registrar of Pesticides” émet une notification dans la gazette officielle du 11 juillet 2018 reproduite ci-dessous, qui indique une réautorisation complète, avant d’être apparemment désavoué.

image2

La confirmation des termes pratiques du retour du glyphosate par l’intervention d’un officiel chez l’AFP est donc bienvenue et permet de boucler la question.
Enfin, on remarquera tout de même qu’il est difficile d’obtenir des informations sur l’état des livraisons promises pour août 2017 puis repoussées ; ces dernières sont contrôlées directement par l’Etat, ainsi que les conditions de distribution exploitation par exploitation si on se réfère aux médias locaux.

H/ Deux accusations de manipulation du public

Cliquer pour révéler/masquer le texte

image6

Envoyé Spécial propose ici une « preuve de bon travail » selon leurs propres dires : leur choix de ne pas traiter du tout des études épidémiologiques portant entre autres sur l’exposition au glyphosate.

L’AHS et autres études épidémiologiques représentent les meilleurs éléments existants pour aborder l’impact du glyphosate sur les populations étudiées. Il est donc particulièrement étrange de revendiquer leur exclusion du reportage.
D’ailleurs Aaron Blair, participant à la monographie 112 du CIRC sur le glyphosate, déclare lui-même sous serment que la prise en compte de l’intégralité des résultats de l’AHS aurait probablement changé la conclusion du CIRC.

image25
Extrait de l’article paru chez France Info

Il est tout à fait erroné de prétendre que toutes les études sont controversées. On tombe ici dans un effet “Bof” des plus malvenus de la part de professionnels de l’information, doublé d’une nouvelle négligence de la manière dont se construit le corpus de connaissances scientifique. Cette tentative de laisser les données scientifiques de côté car “controversées” et “d’avis différents” est en revanche strictement alignée avec les “marchands de doute” cités dans la réponse de France Info, comme vu précédemment avec l’exemple du tabac.

Enfin, il est bon de rappeler que contrairement à ce qui est affirmé et sous-entendu à diverses occasions, de nombreuses agences sanitaires tombent d’accord sur le glyphosate.

image4
Infographie empruntée à Chèvre Pensante

image8

Il s’agit d’une famille dont l’enfant est né il y a 11 ans avec une malformation de l’œsophage et du larynx et qui souhaite attaquer Bayer, nouveau propriétaire de Monsanto, en justice à ce propos.

Le choix d’intégrer à la soirée un reportage sur le cas Grataloup est une question d’ordre éthique / morale que nous ne discuterons pas ici.

Il sera néanmoins précisé que l’opinion d’un médecin représente un élément largement insuffisant pour confirmer les causes de la situation malheureuse des Grataloup et qu’on assiste au retour de la confrontation sciences contre justice telle que discutée en A.

On assiste finalement, à l’occasion de cette réponse en douze points, à un numéro d’équilibriste malhabile et dont la probable myopie expliquerait qu’il prenne le public pour un jambon.

II) Et toutes les autres critiques ?

image10
Extrait de l’article paru chez France Info

Il semble que France 2 considère avoir répondu à toutes les critiques émises envers l’émission d’Envoyé Spécial ; il n’en est rien.

Cliquer pour révéler/masquer le texte

Tout d’abord, Checknews (Libération) propose un retour sur les 12 réponses analysées précédemment, dans un article plutôt bon si on met de côté une tendance marquée au “juste milieu” et la conclusion qui reprend un argument bancal très courant : “d’accord je concède qu’attaquer le glyphosate sur des points erronés n’est pas pertinent, mais c’est en fait pour lutter contre [insérer un enjeu systémique]”. Si le glyphosate – ou les vaccins, ou les OGM, ou le réchauffement climatique, ou autre – ne prêtent pas le flanc aux critiques émises à leur encontre, alors peu importe ce qu’on pense de Monsanto / Big pharma / Big Agro / la taxe carbone : il convient de trouver d’autres objets critiquables reliés à ces thèmes. La lutte contre les “méchants” ne justifie pas l’emploi d’arguments erronés, de pratiques bassement manipulatoires et de mensonges éhontés, a fortiori lorsqu’on est journaliste. Bunker D a également repris les 12 réponses sur Twitter.

Par ailleurs, d’autres journalistes, sceptiques et citoyens de tous horizons ont exprimé des reproches auxquels Envoyé Spécial n’a absolument pas répondu, quand bien même plusieurs sont bien plus fondamentaux que ceux parmi les douze points traités chez France Info. On citera entre autres les analyses produites en direct de l’émission par Un Monde Riant et Matadon sur Twitter, qui se sont prolongées en âpres échanges avec les auteurs et défenseurs d’Envoyé Spécial par la suite. Toujours sur Twitter, on trouve les interventions de Géraldine Woessner (Europe 1) ou de Marc Robinson-Réchavi et Mathieu Rebeaud (chercheurs à l’UNIL) qui pour leur part manifestent davantage leur lassitude du climat délétère et de la difficulté à aborder le sujet du glyphosate dans l’espace public.

Dans un autre registre il faut mettre en avant les textes d’Emmanuelle Ducros (L’Opinion) chez ConspiracyWatch et de Krivine et Le Bar pour l’AFIS ; le premier consiste en une critique générale de la démarche d’Envoyé Spécial quand le second prend plutôt la forme d’un retour sur les grands thèmes de l’émission sans oublier des critiques de forme. Enfin Captainfact propose une analyse critique collaborative au fur et à mesure de l’émission.

Il ressort de cet ensemble que France info répond (assez mal) à des critiques mineures, et occulte des critiques majeures exprimées sous diverses formes, dont un échantillon d’exemples pourrait être :

Cliquer pour révéler/masquer le texte

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Conclusion :

Cliquer pour révéler/masquer le texte

Le journalisme francophone peine à sortir du piège qu’il a lui-même tendu : il est devenu incontournable d’associer toutes les manoeuvres possibles visant à faire peur lors du traitement de certains sujets, indépendamment de la réalité. Les accusations de Fake News fusent en tous sens et sont censées décrédibiliser par simple contact, niant toute forme de regard critique. Pire, la contradiction est purement et simplement impossible car immédiatement reléguée au rang de preuve de servitude aux intérêts financiers désignés coupables d’office de tout ce qu’on peut monter à leur encontre, si fragile et branlant que ce soit. En ce sens, Twitter et les réseaux sociaux montrent plus que jamais leurs limites quant à la possibilité d’échanges rationnels, construits et cordiaux ; ceci ajouté à l’injonction à la réponse immédiate, courte et sous forme de punch-line interdit toute forme de nuance et de compréhension du discours de l’autre et des enjeux importants à ses yeux.

Les sceptiques ne sont pas des machines de rationalité dotés de pouvoirs d’accès à l’information défiant l’entendement ; ainsi Matadon, Géraldine Woessner, Bunker D, la Chèvre Pensante ou La Théière Cosmique assument faire des erreurs et les corrigent lorsqu’elles leur sont signalées.

Cependant on peut difficilement nier une différence d’échelle et d’impact entre l’erreur du sceptique dont le discours est scruté par quelques milliers de personnes au mieux, et les erreurs diffusées à heure de grande écoute devant des millions de téléspectateurs. C’est pourquoi il ne semble pas inopportun ou déplacé qu’Envoyé Spécial assume également ses erreurs tant sur le fond que la forme, et envisage la remise en question ne serait-ce qu’un instant. On pourrait même peut-être se laisser aller à imaginer un fugace moment où toute contradiction ne serait pas réduite à l’expression du lobbyisme brutal d’industriels véreux et pourrait donc être reçue et envisagée comme possiblement un peu pertinente.

Si de tels miracles ne venaient pas à se produire à court terme, l’avenir de l’information grand public professionnelle francophone serait bien sombre.

18 commentaires sur “Envoyé Spécial et Glyphosate: l’escalade de l’intox

  1. l’éducation scientifique dès les petites classes devient une urgence vitale, si on ne veut pas tomber définitivement dans le populisme scientifique..
    Merci pour votre article qui vient enrichir ma bibliothèque où je viens piocher des éléments de réponses pour les RS ❤

    Aimé par 2 personnes

  2. Le débat devient quasi impossible à tenir… Même lorsque les critiques formulées envers le docu étaient courtoises, les réponses ont été très agressives. Sur le plan humain je peux le comprendre, parfois dans les personnes qui interviennent on trouve des gens qui ont été touchés, eux ou un proche, par le cancer et sont particulièrement sensibles sur ce sujet (d’ailleurs les sceptiques, je trouve, ne vérifient pas assez à qui ils parlent, ça arrive sur facebook aussi : un peu de tact ne fait de mal à personne)… Et puis y’a une perte de confiance dans les institutions médicales, une colère légitime vis à vis de grands groupes comme Monsanto, le soupçon est compréhensible, mais ça prend des proportions gigantesques. A titre personnel, je suis assez persuadée qu’on sera d’autant plus audible (en tout cas un peu plus) qu’on ne laissera aucune ambiguïté quant à notre positionnement sur les problèmes liés aux conflits d’intérêts, au fonctionnement de la science et de la publication scientifique, aux exigences éthiques. Beaucoup de contacts sceptiques me disent, lorsque j’aborde la question, que c’est trop évident pour être mentionné, mais ça n’est pas le cas : ne pas en parler est une erreur de mon point de vue. Y’aura toujours des gens super agressifs et des troll, mais apaiser le soupçon et les rancoeurs, donner des gages de confiance en quelque sorte, ça me semble important.
    En attendant, je vais partager ton article dans ma prochaine revue du web en espérant que ça suscite des échanges constructifs !

    Aimé par 2 personnes

  3. Merci pour ce bel article.
    Juste une petite remarque : dans le cas d’un procès, on ne parle pas de partis mais de parties (exemple : on ne peut être juge et partie). Et je ne suis pas de parti pris.

    J'aime

  4. Agriculteur engagé dans l’agro-écologie. Merci pour votre article.Utilisateur raisonné du glypho extrêmement déçu que dans le débat sur l’utilisation de la molécule aucune réflexion sérieuse ne soit menée sur les réductions de risque d’érosion chaque fois qu’un agriculteur limite le travail du sol.Également rien sur l’activité sol et l’augmentation de population de vers de terres dans techniques glypho en France.Absolument rien sur la bio-diversité fonctionnelle véritable levier de la réduction d’utilisation de phyto.Le débat public n’est pas agronomique mais idéologique.A quand des communications positives et surtout amorcer les réflexions sur les bénéfices risque d’utilisation de phytosanitaire EN FRANCE pas sur d’autres continents.

    J'aime

  5. Merci pour cette analyse exhaustive. En regardant le reportage de France 2, j’ai d’abord été intéressé par le sujet, puis progressivement surpris par l’orientation systématiquement à charge et enfin vraiment agacé que l’on essaye de me prendre pour un décérébré avec un pseudo test urinaire. Comparer des concentrations urinaire de quoique ce soit sur un seul prevelement de 20ml d’urine prélevés à n’importe quel moment de la journée n’a aucun sens scientifique. Mr Debouze dont le taux etait élevé d’apres les resultat aurait tres bien pu etre 2 fois moindre s’il avait bu un demi litre de bierre ou coca-cola une heure avant. En medecine les seuls dosages quantitatifs significatifs se font sur les urines des 24 heures et jamais sur une miction au hasard. La dramatisation apportée à ces resultats inexploitables a fini de me convaincre du peu de rigueur de « l’enquete ».
    Merci à l’auteur de cette critique de nous avoir éclairé sur les zones d’ombre de ce pseudo reportage qui a manifestement laissé a beaucoup de telespectateur un gout amer.

    J'aime

    • La réponse est : rien du tout. Je ne reçois pas le moindre centime ni avantage quelconque pour « perdre mon temps à débiter autant de conneries ». Rien non plus pour prendre le temps de vous répondre, vous noterez.

      Si vous avez des critiques constructives à émettre, elles sont bienvenues, et sinon, la bonne journée à vous 🙂

      J'aime

  6. Oui, et bien moi, je ne pense pas que le glyphosate soit dangereux, mais qu’on l’interdise ou pas, j’avoue m’en foutre pas mal. Par contre, et là, pour moi, c’est beaucoup plus grave, c’est qu’on en arrive au fichage de personnalités importantes.
    https://www.europe1.fr/societe/glyphosate-monsanto-accuse-de-fichage-illegal-ca-veut-dire-quoi-3897803
    Cela heurte frontalement ma conception de l’espace public comme espace de débat rationnel. Ce type de pression obscurcit les tenants et les aboutissants de tous les acteurs et diminue la place de la rationalité dans la délibération collective. Pour le dire poliment.
    Moi, j’attends une condamnation. Pas sûr qu’on l’aura, mais il faut affirmer que la condamnation est souhaitée.

    J'aime

  7. Il y avait un modèle précédent dans le schéma systèmatiquement à charge utilisé par Elise Lucet ; il concernait les Statines
    Certaines études se sont intéressées à l’impact de ces communications complotistes sur la morbi-mortalite et les décès se calculent en milliers dans l’année suivant de telles communications (Envoyé Special, livre de Even et Debré).
    On pourrait même s’étonner d’une certaine différence de traitement pénal si lon comparaît le scandale du Médiator largement, promptement, et justement dénoncé par Élise Lucet, (mais dont on peine pourtant encore à mesurer parfaitement l’impact) avec les milliers de morts occasionnés par l’arrêt intempestif des statines par des malades pour lesquels elles étaient nécessaires à leur survie, malades convaincus par les allégations fallacieuses de Elise Lucet

    J'aime

  8. Heureusement que la télé a fait le job.
    Maintenant grâce à elle on SAIS que le Glyphosate est dangereux c’est Djamel qui le pisse.
    Franchement quel bonheur de voir que la France pays ou fut inventé l’inquisition ne se renie pas.
    Allez vivement un bon autodafé des articles de la thieére cosmique et que l’on arréte de nous perturber avec des la reflexion.

    J'aime

Répondre à Draft - Chèvre Pensante Annuler la réponse.

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s