[Trad] Une revue systématique du néant (~9 mins)

7190594520_c9d0f20134_z

Ce billet est une traduction d’un article publié par Scott Gavura sur le blog Science-Based Medicine. Il y parle d’une revue systématique sur les effets secondaires de l’homéopathie et en profite pour expliquer les principes fondamentaux de cette pratique critiquée.

PubMed contient des infos douteuses, difficiles à trouver si vous ne les cherchez pas, à moins de tomber dessus par inadvertance. Le domaine des médecines alternatives se trouve entièrement compilé là, à côté de la vraie littérature médicale. Dans ce monde à part, l’impossible est accepté comme un fait, et les articles se penchent sur les équivalents médicaux de la question du nombre d’anges pouvant danser sur une tête d’épingle. Ces derniers temps, j’ai préféré éviter d’écrire à propos des pratiques alternatives comme l’homéopathie parce que ce sont de véritables impasses scientifiques. Il n’y a pas de nouvelles données ou de recherches intéressantes à décrire parce que la science est tout simplement absente des débats. La recherche en homéopathie est cependant intéressante en soi lorsqu’on veut comprendre comment des effets placebo peuvent donner l’illusion d’être réels. Mais plus important, ces recherches et études cliniques en homéopathie mettent en évidence les challenges, erreurs et biais qu’on peut rencontrer dans l’évaluation de la vraie médecine. Aujourd’hui, j’ai eu envie de revenir sur une revue systématique récemment publiée, sur les effets secondaires associés à l’homéopathie. Lire la suite

[Trad] L’EMdrive qui défie la physique bientôt revu par les pairs (mais fonctionne-t-il ?)

Une photo de l'EMdrive, qui défie prétendûment les lois de la physique. Image credit: SPR, Ltd., of the EMdrive.
Une photo de l’EMdrive, une cavité tronc-conique dans laquelle on fait rebondir des micro-ondes et qui défie prétendûment les lois de la physique. Image credit: SPR, Ltd., of the EMdrive.

Ce billet est une traduction d’un texte d’Ethan Siegel, astrophysicien et auteur sur Medium, ScienceBlogs et Forbes. Il y explique quelle approche il est sain d’adopter en ce qui concerne les découvertes expérimentales récentes qui agitent les médias et les fans de sciences sur les forums.

« L’action est toujours égale à la réaction ; c’est-à-dire que les actions de deux corps l’un sur l’autre sont toujours égales et de sens contraires. »

Ainsi exprime-t-on la troisième loi de Newton, loi fondamentale de l’univers – autrement connue sous le nom de “conservation de la quantité de mouvement – toujours valide même après l’avènement de la physique quantique et la relativité générale.

Et pourtant, il y a quelques années, un nouveau moteur d’engin spatial prétendant enfreindre cette même loi fut proposé par l’inventeur Roger Shawyer : l’EMdrive.
Contrairement aux moteurs-fusée conventionnels qui génèrent une poussée dans une direction en repoussant de la matière dans la direction opposée, l’EMdrive se veut capable de convertir la puissance d’une source extérieure en poussée positive sans réaction correspondante.

Lire la suite

[Trad] Débunker le créationnisme musulman [Difficulté : moyenne] ( 2000 mots / ~12 mins)

Ce billet a été posté par Steven Novella sur Neurologicablog le 19 juillet 2016.

atlas_of_creation
L’Atlas de la Création d’Harun Yahya

Adnan Oktar, plus connu sous le nom de plume d’Harun Yahya, est un créationniste musulman. Il a écrit plusieurs livres et le web est désormais bourré de ses articles.

Ses arguments sont fondamentalement les mêmes que ceux des créationnistes chrétiens ce qui soulève la question de savoir s’il les a développés indépendamment de ceux-ci ou s’il a simplement lu des sources créationnistes chrétiennes. Il fait ainsi référence à Duane Gish et d’autres sources du même type, de sorte qu’il est permis de penser à une certaine inspiration directe, au moins en partie.

Certaines ressemblances peuvent également venir du fait  qu’il suit un cheminement similaire, à savoir faire n’importe quoi. Il aime par exemple, à l’instar de ses semblables chrétiens, prendre des citations de scientifiques totalement hors de contexte et s’en servir comme argument contre la théorie de l’évolution.

Par ailleurs, il apprécie également de se présenter lui-même comme un intellectuel, en dépit de son ignorance hallucinante sur le sujet de l’évolution. Il semble en effet s’être documenté à ce propos grâce à ce que S. J. Gould appelait les « sources hostiles de seconde main ». En conséquence, son propos penche plutôt vers des strawmen et ne s’approche jamais véritablement de la théorie de l’évolution moderne de sorte que ses estocades soient toujours à côté de la plaque.

Il écrit ainsi :

Lire la suite

[Trad] Qui sont ces risques qui sifflent sur nos têtes ? Pesticides, vaccins et autres produits chimiques [difficulté : moyenne] (3000 mots ~ 20 mins)

Penchons nous ensemble sur ces risques dont on entend tant parler dans les médias et à la machine à café.

risk
Non, cette illustration n’est pas si hors sujet que ça : les risques sont omniprésents et les évaluer, c’est avant tout éviter les écueils des probabilités.

Ce billet est une traduction de l’article de The Logic of Science datant du 7 Mars dernier. Je reviendrai certainement sur la notion de risque et comment elle se traduit dans la réalité dans une future parution,  mais cet article est une première approche très pertinente et claire qu’il m’a semblé intéressant de relayer, sur les conseils avisés de Plasmodioum.

Nous sommes constamment bombardés par les médias d’annonces telles que « une nouvelle étude affirme que la substance X augmente les risques de Y de 100 % » ou encore « faire X double la probabilité d’avoir Y ». Mais que signifient réellement ces nombres ? Nous, en tant qu’humains, sommes très mauvais en ce qui concerne l’évaluation des risques, et la perception qu’on en a les amplifie beaucoup – ou parfois au contraire, les néglige dramatiquement. Une part du problème vient de la manière dont on parle des risques. Lire la suite

[Trad] Scientisme et pseudoscience, un commentaire philosophique [difficulté : facile] (1600 mots / ~ 5 mins)

Billet publié par Massimo Pigliucci le 13 janvier 2016.

homeopathy
[NdT – Résumé : au travers de cet exemple portant sur l’homéopathie, Massimo Pigliucci donne un exemple flagrant de l’accusation fallacieuse de scientisme souvent brandie par les tenants de pseudosciences à l’égard des personnes qui exigent simplement d’eux des preuves satisfaisant les standards de la recherche scientifique. Mais c’est également la réfutation patente de l’allégation qui est souvent faite par les mêmes tenants selon laquelle la recherche et la publication scientifiques seraient « verrouillées », soumises à une quelconque « pensée dominante » dans laquelle la discussion et la controverse ne seraient pas possibles. On voit au contraire que des propos très dissidents (et d’exécrable qualité) peuvent aisément être tenus dans de très grosses revues scientifiques. Heureusement pour la science,  sa nature auto-correctrice finit généralement par l’emporter sur l’absence de preuves et de bases théoriques solides. Malheureusement, elle est aussi souvent l’amorce d’une nouvelle position victimaire des tenants qui entrent alors dans un raisonnement circulaire.] Lire la suite

[Trad] Pourquoi les climato-sceptiques ont tort

Article posté sur Scientific American par Michael Shermer le 1er décembre 2015.

Dans l’histoire de toute théorie scientifique, seule une minorité de scientifiques, voire même juste un seul- à supporté cette théorie, avant que les preuves ne s’accumulent au point que l’acceptation devienne générale. Le modèle copernicien, la théorie des germes, le principe de la vaccination, la théorie de l’évolution, la tectonique des plaques et la théorie du big bang étaient toutes des idées hérétiques à un moment donné, qui sont devenues des consensus scientifiques. Comment cela s’est-il produit ? Lire la suite

[Trad] Le privilège des blancs ? Les activistes occidentaux vont-ils bloquer l’application de la technologie CRISPR permettant de protéger des millions d’africains contre le paludisme ?

Billet posté sur Genetic Literacy Project par Eva Glasrud et Justin Smith le 9 décembre 2015.

[Note du traducteur : le ton de cet article volontiers incisif n’est pas exactement celui de LTC. Néanmoins, le propos me semble suffisamment important et correct pour le relayer tel quel. Pour débattre fondamentalement avec les auteurs, merci de vous reporter aux contacts mentionnés en toute fin de ce billet]

La technologie CRISPR peut désormais éradiquer une espèce de moustiques vectrice du paludisme en Afrique. Mais les mouvements anti-OGM vont-ils empêcher les scientifiques de sauver des millions de vies chaque année ?


Lire la suite