La guerre des vaccins : entre peurs et persuasion.

Couverture du journal Science, avril 2017.

[Niveau : facile] (~2200 mots / ~12 mins) Les vaccins sauvent des vies, mais quelle est la meilleure façon de le communiquer aux parents inquiets pour leurs enfants ?

Le volume d’avril 2017 de la revue scientifique américaine Science comporte un dossier sur les vaccins, non pas sous l’angle de l’infectiologie, mais sous celui du scepticisme, à savoir à l’aune de l’antivaccinisme [1]. On y lit d’ailleurs abondement Paul Offit, sceptique bien connu. Les différents articles de ce dossier sont accessibles librement, mais sont bien entendus rédigés en anglais. Ces articles reviennent notamment sur la quantification de l’effet clairement bénéfique de l’introduction vaccinale illustrée par le cas états-unien [2] ; sur quelques mythes antivaccinaux parmi les plus répandus au premier chef desquels ceux portant sur le ROR depuis 1998 et la fraude Wakefield [3] ; sur les risques réels et fantaisistes de la vaccination (massivement favorables à la vaccination) [4] ; et sur la manière de communiquer des informations scientifiquement fondées (aka non anxiogènes) sur la vaccination comme sur d’autres sujets de déni scientifique (changement climatique, OGM, darwinisme…) [5].

C’est sur cette dernière partie, par Kai Kupferschmidt, que nous allons revenir ici en la synthétisant pour le public non anglophone et en y ajoutant quelques informations marginales. Lire la suite

[Débunking] FOR THE NIGHT IS DARK, AND FULL OF BULLSHIT : créationnisme dans une école hors contrat des Yvelines, se01ep02.

Le 20 janvier 2016, j’ai publié un billet à propos d’une conférence anti-évolutionniste représentant apparemment l’état de l’enseignement des Sciences de la Vie et de la Terre dans une école hors contrat des Yvelines. Ce billet prenait le temps de réexpliquer les concepts et les faits présentés de manière gravement erronée durant les dix premières minutes de cette conférence diffusée sur Youtube. Pour rappel, en voici le Too Long ; Didn’t Read :

  • Le propos tenu dans la conférence analysée dans ce billet est une présentation réductrice de l’historique de la théorie darwinienne de l’évolution
  • Il attribue par erreur des concepts à des scientifiques qui n’en ont pas la paternité, avec plusieurs décennies de décalage
  • Il ne comprend pas les concepts de micro et macro évolution
  • Il rejette sans motif valable le concept de macro évolution
  • Il ne semble pas comprendre les bases génétiques de la vie et l’unité du vivant
  • Pas plus que la correspondance entre génotype et phénotype
  • Ni le concept d’espèce biologique, qu’il confond (volontairement ?) avec le concept non scientifique de « race »
  • Tous ses exemples sont approximatifs et utilisés à mauvais escient et prouvent souvent le contraire de ce qu’il essaye d’expliquer
  • Il fait une présentation erronée sur le plan philosophique du néo-darwinisme, et inexistante sur le plan scientifique
  • Le niveau général de connaissance et de maîtrise des concepts présentés est plus que médiocre et ne peut en aucun cas constituer un enseignement ou un complément d’enseignement dans le cadre d’un cours de SVT en collège ou en lycée toutes filières confondues
  • L’illettrisme scientifique et les biais de raisonnement ici mis en évidence sont également à la base de mouvances anti scientifiques et rétrogrades très répandues dans le public et les médias : pseudo-médecine, spiritualités New-Age, anti-vaccinisme, pseudo-écologie… et justifient ce débunking.

Si par hasard vous accordiez du crédit au contenu de la conférence ici critiquée, vous gagneriez probablement à lire ce billet dans son entièreté.

Aujourd’hui, nous poursuivons notre écoute linéaire de cette conférence, en y ajoutant les 15 minutes suivantes. Nous ne prendrons pas le temps de réexpliquer extensivement chaque erreur du conférencier sur la théorie de l’évolution, et nous contenterons de lui apporter la contradiction documentée. J’ai ajouté des sous-titres en suivant la chronologie de la conférence, afin d’identifier rapidement les notions abordées dans le passage discuté. Ce billet-ci marche également de concert avec l’épisode 2 de l’excellente émission Tronche de Fake, qui comporte pour l’occasion quelques ft bien fats.

Lire la suite

Obsolescence programmée : ce qu’on ne nous dit pas (4500 mots / ~20 min)

Tout le monde vous le dira, nos appareils modernes durent moins longtemps que leurs homologues d’antan. On connaît tous un frigidaire increvable, une Mercedes dont on ne compte plus les kilomètres parcourus, de même qu’on a tous un jour acheté cette “sous-marque” d’électroménager qui a cassé au bout de 3 mois.
Tout le monde – ou presque – le dit, et semble se dégager alors une implacable conclusion : « on » veut que nos appareils se dégradent rapidement pour nous forcer à acheter plus souvent, et donc à « les » enrichir encore d’avantage. Qui sont-« ils », ça ma brave dame, personne n’est d’accord là dessus, mais « on » en veut à notre porte-feuille, c’est certain.

C’est bien joli tout ça, mais en tant que sceptique, ça me fait tiquer, cet argumentum ad populum ; prenons donc un petit temps ensemble pour regarder plus précisément ce qui se cache derrière ce qu’on appelle bien vite « obsolescence programmée ».

Lire la suite

[Trad] « Le problème c’est l’idéologie ».

ideologie

Billet posté sur Neurologicablog par Steven Novella le 11 juin 2015.

Idéologie : n.f., système d’idées et d’idéaux, spécialement ceux formant le socle théorique de postures politiques et économiques.

C’est mon but, en tant que sceptique et intellectuel de me purger moi-même de toute idéologie, autant que possible. J’en suis venu à comprendre que c’est l’idéologie, dans son sens le plus large, qui est clairement l’ennemie de la raison. Il ne s’agit pas seulement de l’idéologie politique ou économique, mais également religieuse, sociale, et historique.

Intrinsèquement, une idéologie est quelque chose en quoi vous croyez car vous y croyez. C’est une ancre morale et intellectuelle, aussi bien qu’une lunette à travers laquelle vous voyez le monde. Je ne prétends pas que toutes les idéologies sont équivalentes. Nous venons à nos idéologies selon différentes voies, certaines plus valides que d’autres. Nous les acquérons souvent par le biais de notre famille, notre société, et notre culture. La génétique pourrait également jouer un rôle. Nous semblons prédisposés à certaines idéologies politiques basées sur les valeurs qui nous parlent le plus. Nous prenons dès lors ces valeurs comme si elles étaient la Vérité.

Il y a même des idéologies auxquelles on arrive via des arguments et des considérations valides. Je considère le consensus scientifique, qui évalue le doute, la logique, l’empirisme et ses propres connaissances, comme une idéologie valide et digne d’intérêt.

Les idéologies sont encore plus pernicieuses lorsqu’elles deviennent une source d’identité. Un challenge à l’idéologie devient alors un challenge à la personne elle-même, à la fibre même de son être. Les idéologies renforcent les pires aspects de notre nature tribale, séparant le monde entre « eux » et « nous », ceux qui ont vu la Vérité, et ceux, mentalement déficients, qui sont condamnés à se vautrer dans l’ignorance et la confusion.

Il y a souvent une dimension morale à l’idéologie. Les idéologies nous font ressentir que nous n’avons pas seulement raison, mais que nous sommes vertueux et qu’en conséquence la justice nous oblige à être intolérants vis-à-vis des crétins qui offensent notre idéologie.

L’idéologie conduit également au raisonnement orienté, à contraindre nos capacités cognitives non pas pour trouver la meilleure réponse, mais pour défendre celle pour laquelle notre cerveau aura l’attrait le plus primitif et émotionnellement chargé. Lorsque les preuves tendent à satisfaire notre idéologie, nous sommes peu enclins à les questionner. Lorsque les preuves challengent notre idéologie, nous sommes très bons pour leur trouver des reproches.

A ce stade de la lecture, vous êtes probablement entrain de hocher la tête en signe d’approbation, en repensant à toutes ces personnes que vous connaissez et qui semblent parfaitement correspondre à la description de l’idéologue typique que je viens de décrire. C’est facile de reconnaitre de telles positions chez les autres. Le véritable challenge est de les reconnaître chez soi. C’est que dans ce cas là, ça ne semble pas être de l’idéologie bien entendu, mais la Vérité.

Le problème c’est l’idéologie, car elle conduit à l’étroitesse d’esprit, au raisonnement orienté, à l’auto-persuasion d’être juste, et à la rectitude politique. Elle tend à réduire l’investigation sceptique et le discours franc.

Quelle est alors l’alternative ? Je pense que la meilleure solution est de considérer chaque question individuellement selon ses propres modalités et mérites. Cela ne signifie pas qu’il faille ignorer les priorités ni les consensus scientifiques et philosophiques. Cela signifie considérer ces questions aussi objectivement que possible. Cela signifie aussi de vous éloigner émotionnellement de toute étiquette qui pourrait valoir identité et servir de filtre à votre pensée.

On ne peut pas totalement éliminer les étiquettes cependant. Elles sont des guides utiles et aident à organiser notre pensée. Les étiquettes peuvent identifier des philosophies et des principes. Par exemple, je peux penser au capitalisme comme un groupe d’idées et de principes économiques. Je pourrais même considérer le capitalisme comme un système économique valide, et meilleur que les alternatives disponibles. Cependant, dès lors que vous franchissez la ligne floue consistant à vous identifier vous-même comme capitaliste (en terme de philosophie), vous êtes motivé à défendre le capitalisme même contre des critiques légitimes, à minorer ses faiblesses, et à voir les preuves et les évènements à travers un filtre supportant le capitalisme.

C’est la raison pour laquelle je ne m’identifie plus à aucun parti politique. Je juge chaque problème politique et candidat selon ses propres mérites.

Comme autre exemple, je pourrais dire que j’accepte le consensus scientifique actuel sur la théorie de l’évolution, plutôt que de me définir comme un « évolutionniste ».

Comme un activiste sceptique, l’idéologie de laquelle il est le plus difficile de me distancier moi-même est le scepticisme scientifique. Je me considère moi-même comme un sceptique, car c’est cela que je pratique. J’accepte la philosophie du scepticisme scientifique autant que j’accepte le consensus sur l’évolution des espèces, car il est supporté par la logique et les preuves. Mais je dois me garder de franchir la ligne floue de l’idéologie.

Cela signifie que j’évalue chaque nouvelle allégation à l’aune des éléments scientifiquement pertinents, de la logique, des preuves, et non pas de la façon dont elle flatte une position particulière préalablement définie comme « sceptique ». Cela signifie reconnaître les arguments valables même s’ils sont en rupture avec une position traditionnellement défendue par les sceptiques.

En fait, j’essaie de traiter le scepticisme scientifique comme une philosophie plutôt que comme une idéologie. La différence peut être subtile, car les deux sont superficiellement des systèmes d’idées et de principes. L’idéologie tend à être un système de croyances complètement verrouillé par le haut. La philosophie devrait plutôt être un système ouvert d’arguments provisoires et toujours enclins à la révision.

Comme une philosophie, le scepticisme scientifique est également anti-idéologique. C’est un système de méthodes plutôt qu’un système de croyances, et ces méthodes incluent le doute, l’auto-critique, et la nature provisoire de toute connaissance. En fait, dans sa plus pure forme, le scepticisme scientifique ne contient aucune croyance, mais seulement l’application de méthodes qui forment une approche de la connaissance. Il ne nécessite même pas forcément le rejet du surnaturel, mais seulement l’adhésion à la méthode naturaliste car la science ne peut pas fonctionner autrement. Le scepticisme scientifique est agnostique envers toutes les croyances particulières.

Là où le langage est trompeur, c’est que la certitude scientifique concernant une conclusion particulière gravit les sommets vers les 99% (sur le fait que la vie évolue par exemple). Ce faisant, l’acceptation des ces probabilités massives conduit dans la vie de tous les jours à ce que sa reconnaissance devienne difficilement discernable d’une forme de « croyance ». C’est très pratique de dire « je crois en l’évolution », pour dire qu’en réalité j’accepte les preuves scientifiques vertigineuses pointant toutes vers la conclusion que la vie évolue, et qu’il n’y a pas d’alternative à cette théorie qui soit viable, et encore moins sérieuse, pour challenger celle de l’évolution. J’accepte cela comme un fait scientifique établi.

Ce n’est pas facile d’être libre de toute idéologie. Il semble que l’esprit humain se moule facilement et confortablement dans le mode idéologique. Le rejet de l’idéologie pour soi-même demande beaucoup d’énergie pour être maintenu. Le moyen d’y arriver est de suivre un processus valide plutôt que des croyances spécifiques, et d’accepter la nature provisoire de toute connaissance humaine.

Bien entendu, si vous pensez que j’ai tort, je suis ouvert aux autres points de vue.