[Synth] Sur la reprise et la diffusion au premier degré de trolls pourtant évidents

 

 

J’ai récemment fait la synthèse d’un article de février 2015 paru dans Plos One à propos de la diffusion et de l’enracinement des informations sur internet en fonction de leurs sources conspirationnistes ou scientifiques. En ce jour saint de la bonne blague, du bon gros troll gros comme un camion à tel point qu’il sera encore plus goulument repris au premier degré par des sites de désinformations sans le moindre soucis de vérification de l’information et de scepticisme, je pense salutaire de revenir sur un article un peu plus ancien, mais également instructif sur ce phénomène. Au risque de faire doublon, cet article pose les jalons confirmés par celui de Plos One à propos de la diffusion des trolls. A garder dans un coin de sa bibliographie sur la diffusion des informations conspis donc.

Dans cet article publié dans Journal of Trust Management en décembre 2014, les auteurs présentent une analyse quantitative des schémas de consommation de l’information en fonction de sa qualité par les utilisateurs de Facebook. Les pages ont été catégorisées selon leur sujet et les communautés d’intérêt auxquelles elles se rapportent : a) des sources d’informations alternatives (diffusant des sujets supposément négligés par la science et les médias mainstream ; b) de l’activisme politique en ligne ; c) des médias mainstream. Les auteurs ont mis en évidence des schémas de consommation similaires en dépit de la nature très différente des contenus. Ils ont alors classé les utilisateurs en fonction de leurs schémas d’interactions sur différents sujets et ont mesuré la façon dont ils répondaient face à la diffusion de 2788 fausses informations (imitations parodiques ou histoires alternatives).

Le fonctionnement des systèmes socio-techniques, comme tout système socio-cognitif, nécessite l’interaction des individus dans le but d’accroître leur degré d’information et d’abaisser celui de leur incertitude. Lorsqu’il s’agit en particulier de sélectionner l’information, l’efficacité de tels systèmes repose sur la précision et la complétude de l’information proposée. Dans le but d’avoir une information complète, les individus ont besoin de perspectives où les différents points de vue sont présentés aussi objectivement et rigoureusement que possible. Cependant, la multiplication sans précédant des médias sociaux a permis la diffusion active et massive d’informations alternatives. Il s’agit dès lors de mesurer le rôle de ces informations disponibles sur l’opinion publique.

Le World Economic Forum dans son rapport de 2013 a listé la désinformation numérique massive comme l’un des principaux risques pour la société moderne. La perception du public, la connaissance, les croyances et les opinions sur le monde et son évolution sont formées et modulées à travers le prisme des informations auxquelles ce public a accès, la plupart venant de la presse écrite, de la télé, et plus récemment d’Internet. L’internet a changé la façon dont nous pouvons mesurer la croissance et la formation des idées, en particulier sur les réseaux sociaux et leur contenu créé par les utilisateurs. Ceux-ci facilitent l’étude de l’émergence, de la production et de la consommation de l’information.

En dépit des formules enthousiastes à propos de la façon dont les nouvelles technologies auraient accru l’intérêt du public pour les débats politiques et sociaux d’importance, le rôle des systèmes socio-techniques dans le renforcement de l’information est toujours incertain. En effet, l’émergence de connaissance via ce processus a été surnommée l’intelligence collective, voire même la sagesse des peuples.

Dans cet article, les auteurs montrent un exemple de la façon dont de fausses informations sont particulièrement persistantes sur les médias sociaux et favorisent une sorte de crédulité collective. Les auteurs ont procédé à l’analyse quantitative des schémas de consommation de l’information de qualité différente sur Facebook avec un corpus de 50 pages sur lesquelles ont interagi 2,3 millions d’utilisateurs. Dans le but d’étudier les schémas d’attention et de consommation des différents contenus ils ont divisé les pages en catégories selon le genre d’informations véhiculées.

Les résultats proposés par les auteurs montrent que les utilisateurs avec une forte préférence pour les sources d’informations alternatives, probablement motivés par la volonté d’éviter les manipulations des médias mainstream contrôlés par les gouvernements, sont plus sensibles aux fausses informations. Ces résultats suggèrent que les utilisateurs à l’approche la moins systématique dans l’évaluation des preuves (la plus heuristique) sont plus enclins aux informations confortant leurs croyances préalables même lorsqu’il s’agit de parodies évidentes.

Figure 1 Figure 1 Les utilisateurs les plus enclins à réagir à de fausses allégations intentionnellement diffusées (des trolls) sont les consommateurs habituels de sources d’informations alternatives.

La libre circulation des contenus promeut le regain d’attention des utilisateurs pour des problèmes importants comme la crise financière ou les débats politiques. Cependant, les auteurs montrent dans ce travail que les rumeurs infondées sont persistantes sur les médias sociaux et qu’elles peuvent influencer la construction et la révision des croyances des utilisateurs. Les informations basées sur les théories du complot sont capables de créer un climat de désengagement vis-à-vis de la société mainstream et des pratiques officiellement recommandées concernant entre autres les soins et l’alimentation. La pensée conspirationniste expose le public à des hypothèses infondées et difficiles à vérifier en produisant des explications alternatives à la réalité. Les conspirationnistes sont notamment prompts à expliquer d’importants problèmes politiques et sociaux par le complot orchestré par des individus ou des organisations puissantes.

Advertisements

2 commentaires sur “[Synth] Sur la reprise et la diffusion au premier degré de trolls pourtant évidents

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s