Qui ne partage pas ses résultats ? La transparence des essais cliniques en Europe

L’outil en ligne Trials Tracker a été développé dans le cadre de ces recherches et permet de vérifier facilement qui ne partage pas ses résultats d’essais cliniques en Europe.

Too Long ; Won’t Read…

– Une équipe de l’Université d’Oxford a récemment publié une étude sur la transparence des essais cliniques conduits dans l’UE.

– Les chercheurs montrent que les institutions académiques respectent peu la réglementation européenne concernant la déclaration des essais cliniques, contrairement aux compagnies pharmaceutiques.

– L’équipe a développé un outil en ligne permettant de vérifier régulièrement la mise en conformité de ces déclarations pour chaque sponsor.

 

Une étude publiée le 12 septembre 2018 dans le journal scientifique BMJ s’est intéressée au respect des règles européennes en matière de déclaration des résultats d’essais cliniques par les sponsors académiques et commerciaux de tels essais dans l’Union Européenne [1]. On retrouve à la tête de ces recherches le sceptique britannique Ben Goldacre de l’Université d’Oxford (et du blog Bad Science), dont nous avons récemment parlé des travaux ici sur la prescription d’homéopathie en Angleterre, ou encore ici pour son plaidoyer pour l’éducation basée sur les preuves.

Cette étude montre qu’une majorité d’essais cliniques Lire la suite

[Trad] Démarquer la science de la pseudoscience

Dans le modèle copernicien du système solaire, les orbites sont circulaires. Ce modèle, falsifié par les observations des astronomes, a cependant été conservé jusqu’à sa modification par Kepler.

Ce billet a été posté en anglais par Massimo Pigliucci sur le site « Ask a philosopher » le 9 juin 2014. Selon le principe de ce site, un internaute a posé la question « de quelles manières nous pourrions essayer de départager la science et la pseudoscience ». Massimo Pigliucci apporte ici une première réponse.

La distinction entre science et pseudoscience, est ce que nous appelons en philosophie des sciences le problème de la démarcation, un terme qui a été forgé par Karl Popper dans la Lire la suite

[Trad] L’agriculture biologique et l’environnement

Ce billet à été posté en anglais par Steven Novella sur le blog sceptique Science-Based Medicine le 25 mai 2017.

Le marketing implique parfois des connaissances scientifiques utiles à vous faire croire des choses fausses avec le but spécifique de vous vendre quelque chose, qu’il s’agisse d’un produit, d’un service, ou même d’une idéologie. Le lobby bio, par exemple, s’est très bien débrouillé pour créer un effet halo positif autour de lui sur des questions de santé et d’environnement pour les produits bio qu’il commercialise, tout en discréditant ses concurrents (ces dernières années, cela à surtout concerné les OGM).

Cependant, ces allégations concernant la santé et l’environnement sont toutes démonstrativement fausses. Les aliments bio ne sont ni meilleurs pour la santé, ni plus nutritifs que les aliments non bio. De plus Lire la suite

[Trad] La science derrière le procès Johnson vs. Monsanto

Ce billet a été posté en anglais sur le blog Science-Based Medicine le 15 août 2018 par Steven Novella.

Le 10 août 2018, un jury populaire de Californie a accordé à monsieur Dewayne Johnson 289 millions de dollars de dommages contre la firme Monsanto, aujourd’hui détenue par Bayer. La décision était motivée par l’allégation selon laquelle D. Johnson, jardinier, aurait développé son lymphome non hodgkinien [NdT : un cancer de certaines cellules sanguines] à la suite de son exposition au Roundup, un herbicide ayant le glyphosate pour principe actif et développé par Monsanto.

Cette décision sera très certainement Lire la suite

[Trad] Remplacer des traitements contre le cancer basés sur la science par des traitements « alternatifs » accroit le risque de mourir du cancer

Figure extraite de Johnson et al., 2018, montrant le taux de survie différentiel entre les patients recourant uniquement aux thérapies conventionnelles et ceux recourant aux thérapies alternatives et au moins une thérapie conventionnelle. Le taux de survie du second groupe est nettement inférieur.

Ce billet à été posté en anglais par Fallacy Man sur le blog The Logic of Science le 21 juillet 2018.

Le cancer est une maladie vraiment terrible, et bien que nos capacités à en traiter beaucoup de types différents ait grandement augmenté, les méthodes de traitements actuelles sont très imparfaites et présentent de sérieux effets secondaires. Ce n’est donc pas une surprise que des personnes souffrant de cancer contournent ces traitements scientifiquement fondés au profit de traitements « alternatifs » ou « complémentaires ». Après tout, qui ne serait pas séduit par les promesses d’un traitement miracle ? Le problème est que ces traitements « naturels » sont infondés, non régulés, et les choisir plutôt que la médecine basée sur la science pour traiter votre cancer augmente pour vous le risque de mourir prématurément de ce dernier. Cela a été démontré par un article publié au début de l’année et qui comparait les personnes se soignant uniquement avec des thérapies alternatives et des personnes se soignant avec des traitements conventionnels. [1] Cette étude a montré que ceux qui se reposaient uniquement sur des pratiques alternatives présentaient un taux de survie significativement inférieur aux autres. Une deuxième étude impliquant les mêmes auteurs, a récemment été publiée et confirme ces conclusions. Prenons le temps d’en parler un instant. Lire la suite

[Trad] Les personnes atteintes de cancer recourant aux thérapies alternatives ont deux fois plus de risque d’en mourir

Le cancer face au chercheur, illustration de Baptiste Cazin

Ce billet en anglais à été posté par Steven Novella sur Neurologicablog le 20 juillet 2018.

C’est la deuxième étude en un an qui s’intéresse à l’issue pour les patients atteints d’un cancer et recourant à la médecine alternative, et qui montre un effet négatif sur leur survie. Skylar Johnson, était déjà l’auteur principal de la précédente étude. Celle-ci s’était intéressée à l’utilisation de traitements alternatifs au détriment de thérapies standards, alors que la nouvelle étude s’intéresse aux patients qui ont utilisé au moins une thérapie standard.

Dans cette étude publiée dans la revue JAMA Oncology, les chercheurs ont suivi une cohorte de 258 patients qui avaient recouru à la médecine alternative, et 1032 pour qui ce n’était pas le cas. Les chercheurs rapportent ainsi : Lire la suite

Les Amish, les vaccins et l’autisme

Une famille amish du Vieil Ordre, Lancaster County, Pennsylvanie, USA. Photo George Sheldon.

 

Introduction

Lors de discussions sur les méfaits supposés de la vaccination, il est quelque fois possible d’entendre l’argument selon lequel les Amish états-uniens seraient un exemple frappant du danger vaccinal. En effet, cette communauté religieuse refusant la vaccination, l’autisme y serait inexistant. Il s’agirait là donc d’une preuve formelle de la nocivité des vaccins, à l’origine de l’autisme dans les populations vaccinées. Il s’agit en réalité d’un mythe reposant sur quatre allégations pour l’heure infondée :

– les Amish ne pratiqueraient pas la vaccination

– les Amish ne connaitraient pas l’autisme

– les vaccins causeraient l’autisme

– le nombre de cas d’autisme aurait fortement augmenté au 20e siècle

Dans la suite de ce billet, nous allons voir ce qu’il en est. Lire la suite