Le salut de Charles Darwin à la respectitude.

En ce jour anniversaire de la naissance de Charles Darwin (le 12 février 1809), je songe à la chronique, drôle mais sérieuse, délivrée par Sophia Aram le 10 février sur la radio France Inter, notamment à ce passage croustillant :

« si Darwin avait « « « respecté » » » les croyances de son époque, il se serait contenté de relire la Genèse jusqu’à ce que les dinosaures s’excusent eux-mêmes de ne pas être créationnistes. A l’heure qu’il est, Salman Rushdie réciterait des versets du Coran à la mosquée d’Al-Azhar plutôt que de vivre sous la menace des religieux qui dénoncent toujours son manque de respect » (à 1m07).

Si le rire jaune que doit susciter l’écoute de ce passage concernant Salman Rushdie me parait assez évident (on a peine à décider ce qui vaut mieux entre Lire la suite

Virus et distorsions médiatiques

Factfulness

En 2018 a été publié le livre posthume de Hans Rosling, intitulé Factfulness. H. Rosling vous sera peut-être un nom familier si vous vous intéressez au scepticisme scientifique ou à l’étude des grands jeux de données des Nations Unies sur l’état du monde actuel (niveaux d’alphabétisation, de couverture vaccinale, etc.). Avant d’être un vulgarisateur, H. Rosling était un médecin dont le travail a notablement consisté à se rendre dans des zones où émergeaient des épidémies inconnues afin d’en identifier les causes, et a fortiori de mettre en place des stratégies de lutte contre la dissémination des agents infectieux identifiés.

Hans Rosling, 1948-2017.

Ce livre a été écrit dans les dernières semaines de la vie de son auteur. Alors qu’il se savait condamné à court terme, Hans Rosling a consacré ses ultimes forces à s’assurer que son plaidoyer pour une compréhension factuellement fondée du monde qui nous entoure puisse parvenir au plus grand nombre. Il est possible de retrouver gratuitement son travail sur le site de la fondation Gapminder. A l’image de cet élément biographique, le contenu de cet ouvrage (et du site de Gapminder) est à la fois incroyablement optimiste, et tout à fait terrible.

Au travers de différents chapitres, l’auteur conduit le lecteur à s’interroger sur ce qu’il croit savoir du monde actuel, et ce que les données les plus exhaustives sur la question posée permettent en réalité de dire et de prévoir. Il est tout à fait frappant de constater de manière systématique que les personnes interrogées (de larges populations réparties dans différents pays) n’ont bien souvent qu’une très médiocre connaissance de l’état actuel du monde. Pire encore, cette méconnaissance pointe la plupart du temps vers les approximations les plus pessimistes, qui sont dans le même temps les plus éloignées de la réalité. Et cette tendance frappe aussi bien les groupes d’experts et personnes à haut niveau de diplôme, que les non-diplômés ; les progressistes que les conservateurs. Et il me semble salutaire de désamorcer ici l’objection intime que pourraient certainement se faire beaucoup de personnes à la lecture de ces lignes : Lire la suite

Séisme et centrales nucléaires : catastrophe médiatique

Le 11 novembre 2019, un séisme de magnitude 5.4 secoue l’Ardèche. Il provoque quelques blessés et on dénombre plus de 250 bâtiments fissurés des suites de l’événement. Mais ce qui agite le public et les médias est tout autre : deux centrales nucléaires exploitées par EDF sont en effet dans la zone touchée.

Très rapidement, on peut lire en ligne et entendre à la radio et la télévision que le séisme est au delà des spécifications anti-sismiques des deux centrales, et qu’une potentielle catastrophe a donc été évitée de peu ; en effet, la magnitude 5.4 serait supérieure au Séisme Majoré de Sécurité des centrales, d’une magnitude de 5.2.

La France est-elle passée à un cheveu d’un accident nucléaire sur son sol ? Les installations nucléaires civiles sont-elles mal dimensionnées en cas de séisme ?

NON. L’IRSN a d’ailleurs rapidement communiqué sur le sujet, en indiquant que le séisme tombait bien dans le cadre des événements sismiques pour lesquels les centrales sont prévues. Explications.

Lire la suite

DéTwitterisation : les moustiques OGM (Matadon)

Lutte anti-moustiques à Jakarta, en Indonésie. Crédit Achmad Ibrahim, AP Photo

Matadon est un Youtubeur et twittos qui traite principalement d’agriculture et de végétaux, de par sa formation en protection des plantes. Il s’est tout récemment fendu d’une série de tweets à propos d’une sombre histoire de moustiques génétiquement modifiés résistants lâchés dans la nature, issue d’un communiqué de presse douteux et relayée spectaculairement mal par la presse, dont Le Figaro, Futura-Science (modifié après critiques, ce qui est une démarche saine), mais aussi le tabloïd The Mirror et des médias alternatifs militants tels que Réseau International ou GMWatch.

Inaugurons pour l’occasion un nouveau format de billet, qui va consister à pérenniser des échanges qui ont lieu sur Twitter, et seraient autrement très rapidement noyés dans la masse de messages courts postés sur la plateforme. Le texte suivant est donc une reprise approuvée du propos de Matadon et des commentaires pertinents qui en ont été faits sur Twitter, augmentée de sources et précisions supplémentaires en co-écriture avec Matadon.

Lire la suite

[Trad] Déconstruire la science pour mieux la légitimer

Cet billet a été publié en deux parties par le philosophe des sciences Massimo Pigliucci sur son blog Footnotes to Plato le 28 décembre 2018.

Partie I

Quelle est la place de l’aspect social dans la fabrication de la science ? Si on regarde des manuels scientifiques, on se rend compte que la dimension sociale du savoir scientifique brille par son absence. La science reflète supposément le monde tel qu’il est réellement, indépendamment de nos petites vies respectives. D’un point de vue classique, il s’agit du summum de l’activité rationnelle, libre d’influences sociales. Bien sûr, la science est portée par des êtres humains, mais leur background et leur vie sociale sont simplement considérés comme non pertinents. Ce qui compte, ce sont les mérites intellectuels d’une théorie scientifique, et non pas qui a pu la concevoir. Ce qui compte, ce sont les preuves, et non pas qui a bien pu les collecter. Cette partition tranchée entre le social et le rationnel peut se retrouver en philosophie des sciences également. Étant donné que les facteurs sociaux sont invisibilisés dans le rendu final de la science, beaucoup de philosophes ont effectivement sous-estimé le rôle moteur de ces facteurs dans l’acquisition des connaissances scientifiques.

Ces dernières décennies, les sociologues et les historiens ont essayé de ramener la science sur terre, mais beaucoup d’entre eux s’en sont retrouvés amenés à une opposition tout aussi simpliste. Les influences sociales sur la science ont autant été un objet de délectation pour ses critiques les plus cyniques, qu’un repoussoir pour ses admirateurs, et ceci pour la même raison : la peur (ou l’espoir), que cela pourrait ruiner la crédibilité de la science. Dans un article que j’ai co-écrit avec mon complice habituel, Maarten Boudry (publié dans Perspectives in Science and Culture, edited by K. Rutten, S. Blancke, and R. Soetaert, Purdue University Press [1]), nous discutons des origines historiques de cette opposition qui a culminé dans le spectacle déplorable des science wars. Le présent billet constitue un résumé étendu de ce papier, et j’espère que vous l’apprécierez. Lire la suite

Combattre la #FakeScience dans les médias

« Ces faits durs et froids sont vraiment impressionnants. Mais on se demandait si vous ne pourriez pas mettre du bullshit réconfortant à la place ? »

« Quel rôle devraient jouer les scientifiques dans la critique de la pseudoscience, fake science et mauvaise science présentée dans les médias populaires ? »

C’est la question que se sont posés A. D. Thaler et D. Shiffman dans un article publié en 2015 dans la revue scientifique Ocean & Coastal Management. [1]

Faisant le constat d’une libéralisation de l’accès à l’information avec l’avènement des réseaux sociaux, les auteurs de cet article se sont effectivement demandés comment les scientifiques professionnels pouvaient, ainsi débarrassés des Lire la suite

Envoyé Spécial et Glyphosate: l’escalade de l’intox

Oui, nous aussi on est surpris Jamel…

Le glyphosate, principe actif de divers herbicides tels que le RoundUp, fait parler de lui fréquemment ces dernières années. Dernier épisode en date, une soirée Envoyé Spécial lui est dédiée sur la chaîne télévisée France 2 le 17 janvier 2019. Au cours des 2h de reportage, sont abordés pêle-mêle des notions de toxicité, son classement par plusieurs organismes d’évaluation, mais aussi des affaires de manipulation et des études de cas.

Avant, pendant et à la suite de l’émission, de nombreux échanges ont éclos sur les réseaux sociaux à propos des arguments diffusés ; et le 22 janvier, France Info publie alors un article de réponse aux critiques reçues. C’est cette situation de double fact-checking que nous proposons de décortiquer à présent, d’abord en reprenant les points cités par France Info puis plus largement.

Lire la suite