L’arrogance de l’homme et le réchauffement climatique [Difficulté : facile] (800 mots – 5 mins)

sid

Il semblerait que le climato-scepticisme (c’est-à-dire la négation de l’existence du réchauffement climatique ou la négation de l’impact anthropique dans ce dernier), fasse son grand retour sur la scène politique française. Voyons rapidement ce qu’il en est des deux arguments énoncés à cette occasion.

Fort heureusement, rien de nouveau sous l’soleil et on constatera vite qu’il s’agit de deux sophismes éculés. Je me contenterai donc d’adapter pour l’occasion les deux sections concernées de l’excellent Skeptical Science pour le public non anglophone. Si vous parlez anglais, vous y trouverez tous les approfondissements nécessaires.

Argument #1 :

« Le climat a déjà changé dans le passé ! »

C’est tout à fait vrai.

Quelques bases : à la distance du soleil à laquelle nous nous trouvons, nous devrions nous attendre à une température terrestre de -18°C. Mais heureusement pour nous, les gaz à effet de serre, principalement le CO2, nous en préservent.

Or, ces gaz sont en équilibre permanent en fonction des fluctuations de la biosphère, des océans et de la géosphère. En effet, lors de toutes les alternances de périodes très froides ou très chaudes dans le passé lointain, tout changement important sur Terre (comme une variation des mouvements tectoniques) a conduit à une variation proportionnelle du CO2 atmosphérique et océanique, et chaque variation de CO2 a causé un changement proportionnel des températures globales.

Par ailleurs, des modifications cycliques du trajet de rotation de la Terre autour du Soleil conduisent celle-ci, au cours des temps géologiques, à trouver ses hémisphères plus ou moins exposés au rayonnement solaire. Ces cycles, qu’on appelle les cycles de Milankovitch, conditionnent l’alternance de périodes de glaciation, ou « périodes glaciaires », et des périodes interglaciaires. Ces changements sont extrêmement lents et prennent des dizaines de milliers d’années à se réaliser complètement.

Connaissant ces phénomènes, nous savons que la tendance de la température globale devrait actuellement être à l’adoucissement, et non au réchauffement.

Le hic, c’est que depuis le début de l’époque industrielle, la tendance observée (le réchauffement donc), s’éloigne très vite et très fortement de la tendance attendue (l’adoucissement).

Argument #2 :

« Il faut être arrogant pour penser que l’Homme est responsable de cela ! »

Meh ! Ce que l’on observe, sans aucune arrogance, c’est qu’à l’époque pré-industrielle de ces 10 derniers milliers d’années, la quantité de CO2 atmosphérique est restée relativement stable en variant de 275 à 285 ppm (particules par millions), mais que depuis 250 ans, cette quantité a été augmentée de 100 ppm.

evolution_co2
J. Cook, Climato-scepticisme : le guide scientifique, 2010, p.6

Or, on sait reconnaître la part de CO2 émise par les activités humaines, et la part émise par d’autres agents, comme la biosphère (les atomes de part et d’autre ne sont pas exactement les mêmes, on parle d’isotopes, et leur proportion relative dans l’atmosphère est quantifiable). On sait donc que le trop-plein de CO2 est bien d’origine anthropique, et ne vient pas, par exemple, des plantes.

Les observations méthodiques, et non les spéculations arrogantes, nous permettent donc d’affirmer avec confiance que les humains ont un impact sur la composition atmosphérique de notre planète.

Mieux encore, ces mêmes observations nous permettent de modéliser, de manière globale, l’évolution du climat avec et sans le paramètre anthropique (c’est-à-dire le poids de l’impact de l’activité humaine). Et ce que l’on observe, encore une fois, c’est que l’évolution climatique actuellement enregistrée (c’est-à-dire ce qui se passe vraiment), ne correspond pas à ce que les modèles prédisent si on enlève de leurs calculs le paramètre anthropique.

En clair, et toujours sans aucune arrogance, on constate que le réchauffement climatique actuel, qui s’éloigne très fortement des phénomènes naturels connus et observés dans le passé, ne s’explique que par l’activité anthropique actuelle.

Épilogue

Pour une introduction en français à la question du réchauffement climatique, je vous conseille d’écouter l’épisode 210 de Podcast Science sur le sujet.

Vous pouvez voir là une représentation graphique très parlante, et drôle, des variations de la température terrestre moyenne ces 20 000 dernières années et les prédictions de son évolution pour l’horizon 2100.

Vous pouvez également lire le guide de J. Cook de Skeptical Science, traduit en français et richement illustré, et dont est tirée la courbe présentée supra (sans déconner, c’est probablement le truc le plus agréable à lire que je connaisse sur le sujet).

guide_cook

Enfin, j’attire votre attention sur le poids des idéologies, notamment politiques, dans le dénialisme scientifique. On sait pertinemment qu’aucun bord n’est épargné, voire même que certaines postures idéologiques peuvent être prédictives de tel ou tel déni de science. Ces postures ont pour habitude de n’accepter la réalité de l’Univers qu’à la condition que celui-ci s’accorde à elles…

En refusant tout partisanisme politique sur ce blog, je vous encourage à considérer autant que possible, l’enjeu capital que représente une information basée sur les faits, et des faits collectés avec méthode ; à considérer l’importance d’user habilement de connaissance et de raison de sorte à éviter les manipulations idéologiques, d’où qu’elles viennent, et à faire des choix démocratiques éclairés par une connaissance fiable du monde réel.

Sources citées dans le texte :

J. Cook, Climato-scepticisme : le guide scientifique, 2010
S. Lewandowsky et al., The Role of Conspiracist Ideation and Worldviews in Predicting Rejection of Science, Plos One, 2013

Advertisements

14 commentaires sur “L’arrogance de l’homme et le réchauffement climatique [Difficulté : facile] (800 mots – 5 mins)

  1. Très bonne conclusion.

    Question subsidiaire :
    En général, les gens qui déforment les connaissances scientifiques qui ne vont pas dans le sens de leurs opinions politiques en ont-ils conscience ?

    Un gars de droite qui nie la composante anthropogénique du réchauffement climatique récent et un gars de gauche qui affirme que les OGM donnent le cancer ou détruisent les écosystèmes sont-ils conscients qu’ils sont en train de donner la priorité à leurs opinions politiques par rapport aux faits scientifiquement établis ?

    J'aime

  2. C’est très didactique, merci 🙂 Pouvez-vous m’éclairer sur un point : vous remontez sur 10.000 ans pour ce qui concerne la concentration en CO². Disposez-vous de chiffres, autant en terme de concentration de CO² ou de variation de température moyenne remontant plus loin, mettons 100 million d’années ?

    J'aime

      • Bonjour Rem Leb,

        et merci d’avoir pris le temps de commenter 🙂

        Les concentrations de CO2 à travers le temps sont obtenues par carottage pour les temps les plus anciens, et il y a quelques années le NOAA a fait cette vidéo récapitulative à ce sujet, présentant les données disponibles entre il y a 800 000 ans et maintenant :
        http://www.esrl.noaa.gov/gmd/ccgg/trends/history.html

        Au delà de ça, quand bien même on aurait pas ces données, ça ne change pas grand chose. On sait modéliser le climat en fonction de multiples paramètres, et la seule manière de coller au comportement moderne est d’inclure un facteur anthropique qui représente la principale part du forçage :
        http://www.bloomberg.com/graphics/2015-whats-warming-the-world/

        Ainsi, dans l’absolu, même si par le passé on avait déjà vu des choses proches de ce qu’il se passe aujourd’hui – ce qui n’est pas le cas -, on sait que l’on est responsable cette fois-ci.

        J'aime

  3. Salutations.

    Un billet clair et concis, avec de bonnes pistes pour approfondir.

    J’émettrais seulement une réserve d’ordre générale vis-à-vis du graphique : ça n’est que mon avis, mais j’ai toujours considéré que pour le grand public, les graphiques devraient autant que possible avoir une origine à zéro (hormis pour les dates, bien entendu). Sauf vraiment pour les cas où la variation est trop faible pour être appréhendée avec une origine à zéro (ce qui n’est pas le cas ici).

    Dans la brochure, c’est la seule figure dans ce cas, mais uniquement parce que les autres ont des valeurs négatives et que les auteurs ont bien été obligés… Le guide de Cook me paraît en tout cas très intéressant, et en français c’est encore mieux.

    Miastor.

    J'aime

  4. Même si je comprends très bien l’analyse factorielle ou autre, décrite dans le deuxième paragraphe avant « Epilogue », je trouve que c’est un peu abrupt de parler de ‘modèle’. Je ne suis pas climatologue et je ne connais pas les modélisations en question, tout ce que je comprends, c’est que si on continue la courbe de Co² avant l’arrivée de l’homme on arrive pas à la position actuelle. Une image vaut mieux qu’un long discours. Pour reprendre celui mentionné, 1800 c’est le début de l’impact anthropique, ca correspond à la révolution industrielle, mais c’est un peu tôt je trouve… 🙂

    nex

    J'aime

  5. Intéressant comme billet .Mais il est clair que l’objectif n’est pas vraiment de soutenir la théorie du réchauffement mais de discréditer ceux qui en doutent. On a donc pas affaire ici à une opinion scientifique mais bien politique. Utiliser entre autre le terme «adoucissement» au lieu de «refroidissement» illustre d’ailleurs parfaitement l’objectif réel de l’auteur. Pour le reste déduire les tendances climatiques dont les cycles sont de l’ordre de centaine de milliers d’années à partir d’observations aussi courtes et plus ou moins fiables que celle évoquées par l’auteur me semble peu prudent. En science le scepticisme n’est pas du déni , contrairement à ce que dit ce monsieur, mais de la sagesse. Ceci étant dit, même si les «réchauffistes» ont raison il y a lieu de se poser des sérieuses questions sur les mesures qu’ils suggèrent pour atténuer le phénomène et l’intérêt des nations de l’hémisphère nord de prendre le risque de sacrifier leur économie pour combattre un réchauffement qui est dans leur cas et réellement un ADOUCISSEMENT climatique! Pour le reste de la planète imposer la fin de l’utilisation des énergies à base d’hydrocarbure pourrait signifier des catastrophes humanitaires colossales.Non, contrairement à ce que veulent imposer par la force les réchaufistes, le débat n’est pas clôt. Au contraire, il en fait que s’amorcer car les gens commencent à se rendre compte que cette insistance des réchauffistes à faire taire ceux qui doutent est suspecte. Plus que suspecte.

    J'aime

    • Bonjour Ghislain,

      et merci d’avoir pris le temps de commenter 🙂

      Je vais essayer quelque chose, regardez plutôt :

      « Non, contrairement à ce que veulent imposer par la force les [rondistes], le débat n’est pas clôt. Au contraire, il en fait que s’amorcer car les gens commencent à se rendre compte que cette insistance des [rondistes] à faire taire ceux qui doutent est suspecte. Plus que suspecte. »
      Est-ce que ce paragraphe vous convainc de la force des arguments platistes (càd ceux qui pensent que la Terre est plate) ?

      Vous semblez confondre plusieurs choses, aussi je me permets de rappeler que la science est un outil, on s’en sert pour expliquer ce qu’on observe ; les « mesures » prises face au RCA n’ont rien à voir avec la science, il s’agit de politique, de choix. Aussi il n’est pas pertinent de mélanger les deux.

      Je vous invite à prendre connaissance des autres billets de ce blog touchant au RCA. Vous y découvrirez que le consensus (càd l’ensemble des travaux, et pas des opinions) sur la question est très fort, comme celui sur la quasi-sphéricité de la Terre, ou encore que les arguments qu’on lit souvent sur internet s’opposant au RCA sont de faible qualité et relèvent au mieux d’une profonde méconnaissance du sujet 🙂

      J'aime

  6. Bon article. Très bien résumé.

    Par contre juste un détail: à ce qu’il me semble le principal gaz à effet de serre c’est l’eau et pas le CO2… Je peux me tromper mais le CO2 est au centre des débats parce que c’est celui qui est à l’origine du rca.

    J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s